Au lendemain de l’élimination de l’Italie dans la course au Mondial 2018, les conséquences sont sportives mais aussi économiques. 

 

La gueule de bois est loin d’être terminée pour les Italiens. Après l’élimination de la Nazionale face à la Suède hier soir (0-0, 1-0 sur l’ensemble des deux matchs), synonyme de Coupe du monde manquée pour la première fois depuis 1958, l’Italie peine à s’en remettre. Y compris sur le terrain économique puisque le groupe médias RCS, propriétaire du quotidien sportif et historique La Gazzetta dello Sport, s’est effondré à la Bourse de Milan selon l’AFP. Le titre a été suspendu cet après-midi après avoir perdu 8,83 % à 1,115 euro.

 

Forcément, la non-qualification de l’Italie pour la Coupe du monde 2018 en Russie cet été est aussi une petite catastrophe pour les journaux italiens. « Le fait que l’Italie ne participe pas au Mondial est une nouvelle négative pour le secteur des médias » expliquent les analystes d’Equita, qui évoquent l’absence d’investissements publicitaires habituellement importants lors des grandes compétitions. 2 millions d’euros de revenus publicitaires avaient par exemple étaient touchés par La Gazzetta dello Sport lors de l’Euro 2016 où l’Italie avait été éliminée en quart de finale contre l’Allemagne.

Paul Pogba : Qui est Rafaela Pimenta, son avocate et confidente ?