En pleine crise au Venezuela, Diego Maradona vient d’apporter son soutien au très controversé gouvernement de Nicolas Maduro, accusé entre autres de tuer ses opposants. Un soutien dénoncé par des figures du foot sud-américain comme José Luis Chilavert. 

 

Cette nouvelle frasque de Diego Maradona a du mal à passer en Amérique du Sud. Se disant prêt à devenir « soldat » de Nicolas Maduro pour un « Venezuela libre » dans un message Facebook, l’ex-numéro 10 de l’Albiceleste a provoqué un véritable tollé. Et parmi les nombreuses réactions indignées rapidement postées sur les réseaux sociaux, on retrouve même celle d’un ancien coéquipier en sélection argentine : Mario Kempes (63 ans). « Comment peux-tu cautionner la mort de 124 jeunes ayant défendu la liberté et la démocratie de leur pays !! NON A LA DICTATURE ! », lui a-t-il répondu directement sur Twitter. L’ex-joueur de River Plate et Valence, devenu commentateur sur ESPN, a également rajouté deux drapeaux du Venezuela à son message auxquels il a collé le mot « libre ».

 

 

Déjà très critique envers Diego Maradona par le passé, José Luis Chilavert (52 ans) en a aussi profité pour tacler à nouveau l’idole argentine. « Il est cramé donc c’est normal qu’il soutienne les assassins du peuple venezuelien. Il dénonce l’impérialisme mais vit à Dubai », a lâché l’ancien gardien paraguayen de Velez, Saragosse ou encore Strasbourg. International vénézuélien jouant à Malaga, Roberto Rosales a également multiplié les retweets de messages critiquant Diego Maradona. « Nous les Vénézuéliens nous défendons notre drapeau pour qu’il continue de flotter en liberté. Nous n’avons pas besoin que quelqu’un s’habille en soldat, nous avons besoin de la paix », a également écrit le latéral. Pas sûr que cela permette à Diego Maradona de retrouver ses esprits.