Pour avoir révélé l’affaire Football Leaks qui a notamment éclaboussé Cristiano Ronaldo, plusieurs journalistes espagnols sont cités à comparaître. 

 

Il ne fait pas bon parler de l’affaire Football Leaks en Espagne. Selon le site VozPopuli, le directeur du quotidien El Mundo, Pedro G. Cuartango, ainsi que les journalistes Javier Sánchez, Paula Guisado et Quico Alsedo et le président du groupe propriétaire du média, Antonio Fernández-Galiano, ont été inculpés pour révélation de secrets. Le juge du tribunal numéro 2 de Madrid, Arturo Zamarriego, estimerait en effet que les responsables de l’enquête ont commis un délit, d’après le site espagnol. En décembre, c’est ce même juge qui avait voulu interdire la diffusion des informations de Football Leaks en Espagne, dénonçant un viol du « droit fondamental à la confidentialité des communications ». La Fédération européenne des journalistes avait alors dénoncé une « violation de la liberté de la presse ».

 

Aux côtés de Mediapart en France ou Der Spiegel en Allemagne, El Mundo fait partie du consortium de douze médias, l’European Investigative Collaborations (EIC), qui a révélé l’affaire Football Leaks il y a quelques mois. On y apprenait notamment que Cristiano Ronaldo était soupçonné d’avoir dissimulé 150 millions d’euros au fisc espagnol et que de nombreux joueurs comme Angel Di Maria, Ricardo Carvalho ou encore Pepe, en lien avec le super-agent Jorge Mendes, étaient également visés par une enquête pour fraude fiscale. Après ses révélations, El Mundo avait été sommée de livrer ses documents à la justice.

Edgar Davids gagne son procès contre League of Legends pour un personnage trop ressemblant

 

 

Des autorités « schizophrènes » ?

En décembre 2016, Mediapart parlait toutefois d’une décision paradoxale et d’autorités espagnoles « schizophrènes ». « Elles ouvrent en effet une vaste enquête fiscale, alors même que la justice madrilène mène une enquête pénale pour piratage informatique visant notre source, et que le juge chargé de cette procédure tente de censurer la publication des Football Leaks dans toute l’Europe », écrivait le site d’information qui regrettait également le silence de nombreux médias espagnols.

 

Comme beaucoup d’internautes outre-Pyrénées, Mediapart remarquait que Marca, journal pro-Real Madrid, n’avait « rien publié sur le sujet » tout comme le quotidien El Pais qui a même censuré un article sur l’affaire et aurait clairement interdit à ses rédacteurs d’évoquer le sujet. Marca n’avait pourtant pas hésité à publier de nombreuses Unes sur Lionel Messi, l’icône du Barça, également impliqué dans une affaire de fraude fiscale en Espagne. De quoi relancer les débats sur la protection dont bénéficierait les joueurs du Real Madrid en Espagne et l’influence présumée de Florentino Perez, président du club, auprès du pouvoir en place.

 

Aujourd’hui mis en examen, Pedro G. Cuartango, directeur d’El Mundo, a en tout cas assuré qu’il se présenterait comme « le principal responsable de l’information » et qu’il assumerait toute la responsabilité pénale de la publication de cette affaire.

 

E.R.