Quelques jours après avoir vu Guram Kashia porter un brassard LGBT avec Vitesse Arnhem, un groupe d’extrême droite a organisé une violente manifestation en Géorgie.   

 

En 2017, un brassard arc-en-ciel peut encore provoquer des violentes réactions. Mercredi, la ville de Tbilissi, où l’ex-joueur Kakha Kaladze vient d’être élu maire, a été le théâtre de manifestations réclamant l’exclusion de Guram Kashia (30 ans) de la sélection. Le capitaine de la Géorgie mais également de Vitesse Arnhem est coupable à leurs yeux d’avoir porté un brassard LGBT dans le cadre d’une campagne de la Fédération hollandaise en faveur de l’égalité des droits.

 

Un geste qui n’a pas été apprécié par certains en Géorgie, troisième pays le plus homophobe. Après les critiques d’un quotidien national, un groupe d’extrême droite, La Marche géorgienne, a été plus loin en défilant devant le siège de la Fédération et en chantant des insultes homophobes. Cette douzaine de manifestants a même brulé un drapeau arc-en-ciel et également appelé à la démission des dirigeants du foot géorgien, selon l’Associated Press citée par ABC. Car le président de la Fédération, Domenti Sichinava, a pris la parole pour défendre le capitaine.

Kingsley Coman interpellé pour violences conjugales

 

Lors de cette manifestation, huit personnes auraient été arrêtées pour des violences et devront se présenter au tribunal mercredi. Ces manifestations ont également entrainé une vague de soutien sur les réseaux sociaux où les internautes ont remplacé leur photo de profil par un cliché de Guram Kashia, international à 51 reprises. Sur une télé hollandaise, ce dernier avait clairement assumé son geste, affirmant soutenir l’égalité des droits et ne pas vouloir quitter la sélection.