En Italie, des supporters de la Lazio ont encore provoqué une polémique en diffusant une image d’Anne Frank portant le maillot de leurs rivaux de la Roma. Un acte antisémite qui fait l’objet d’une enquête. 

 

L’antisémitisme n’a malheureusement pas encore disparu. Dimanche, des supporters de la Lazio ont en effet diffusé des autocollants représentant Anne Frank, jeune fille juive devenue une icône pour son Journal racontant l’occupation nazie, portant le maillot de l’AS Roma. Ces Biancocelesti voulaient visiblement laissé une trace de leur passage à la Curva Sud du Stadio Olimpico, habituellement réservée aux supporters du club de la Louve, contre Cagliari (victoire 3-0). La Curva Nord avait été fermée pour deux matchs en raison de leurs chants racistes – cris de singe – lors d’un match face à Sassuolo (6-1) le 1er octobre.

 

« Sortez l’antisémitisme des stades », a tweeté Ruth Durghello, présidente de la communauté juive de Rome, qui estime que ce « n’est pas du football », ni « du sport ». Du côté de la Lazio, le porte-parole Arturo Diaconale, s’est lui aussi indigné. « La position de la Lazio est claire : nous condamnons le racisme. J’ai l’impression que certains essaient de nuire au club. Il est important de condamner toutes les formes d’antisémitisme », a-t-il regretté tandis que le président Claudio Lotito doit visiter une synagogue aujourd’hui et apporter une couronne de fleurs pour honorer les victimes d’antisémitisme.

Nouveau coup de gueule de Sephora Goignan après sa plainte contre Kingsley Coman

 

 

Au sein du gouvernement, ce photomontage d’Anne Frank, déjà apparu en 2013 dans la ville, a également provoqué une vive réaction. « Ce qu’il s’est passé est très grave, il n’y a aucune justification possible. Ces actes doivent être condamnés sans réserve », s’est lamenté le ministre des Sports Luca Lotti, « certain que les autorités compétentes vont trouver ce qu’il s’est passé et que les coupables seront identifiés et sanctionnés rapidement ». La réapparition de cette image d’Anne Frank, morte en 1945 dans un camp de concentration, fait déjà l’objet d’une enquête par la police italienne.