Reconverti en politique, trois ans après sa retraite, El-Hadji Diouf réfléchirait sérieusement à se lancer dans la course à la présidence du Sénégal. 

 

Après l’élection de George Weah au Liberia, verra-t-on un autre ancien footballeur devenir président en Afrique ? Selon le magazine anglais FourFourTwo, un ancien de Liverpool y penserait sérieusement : El-Hadji Diouf. Devenu conseiller sportif du président du Sénégal en mai 2017, l’ancien bad boy de la Premier League, où il plus provoqué de polémiques que scorer, serait très chaud pour diriger le pays et succéder à Macky Sall. « J’ai une passion pour la politique et plusieurs personnes me parrainent au Sénégal. C’est mon futur, parce que beaucoup de Sénégalais sont prêts à m’écouter », a expliqué le natif de Dakar, cité par FourFourTwo, un an après avoir déjà admis penser à devenir Premier ministre.

 

 

Désormais inspiré par George Weah, El-Hadji Diouf (37 ans) dit être prêt à s’investir à fond pour son pays, qui vivra une présidentielle en 2019. « J’ai une nouvelle carrière en politique. J’ai pris cette décision parce que les gens veulent que je change les choses dans mon pays et je suis prêt à le faire parce que je veux devenir le soldat de la jeunesse », a ajouté celui qui a brillé avec l’équipe nationale (69 sélections), notamment lors de la Coupe du monde 2002 et le fameux match d’ouverture gagné contre la France. Conseiller sportif du président élu en 2012, l’ancien du RC Lens a donc décidé d’arrêter sa formation pour devenir coach et choisi un « meilleur projet » en politique.

 

Arrêté pour conduite en état d’ivresse en Angleterre, suspendu pour un crachat, celui qui a réussi à s’embrouiller avec Steven Gerrard aura sûrement du boulot pour se faire une image de chef d’État.