Après avoir reçu de nombreux messages sur les réseaux sociaux, le club anglais d’Ebbsfleet United a accepté de mettre en vente un maillot de Yado Mambo floqué du numéro 5 pour la bonne cause.  

 

C’est désormais officiel : Mambo No. 5 n’est plus seulement un tube de Lou Bega sorti en 1999. Après avoir entendu l’appel de nombreux internautes depuis un match diffusé sur BT Sport en Angleterre, Ebbsfleet United (D5) a décidé de donner le numéro 5 à son joueur Yado Mambo. Ou presque, car comme le numéro appartient déjà à leur capitaine Dave Winfield et que la saison n’est pas encore terminée, le club a décidé de mettre en vente un exemplaire unique du maillot sur eBay pour la bonne cause.

 

 

« 100% des bénéfices seront reversés à la lutte contre le cancer de la prostate en Angleterre, peut-on lire sur le communiqué du club. C’était la meilleure solution pour tenter de satisfaire la demande sur les réseaux sociaux et faire quelque chose de positif à la fois. » Taille XL, le maillot de l’équipementier Macron sera accompagné d’une photo dédicacé du joueur et d’un certificat d’authenticité. L’enchère a déjà débuté à 392 euros.

 

Presque 20 ans après son Mambo No. 5 (1999), le chanteur allemand Lou Bega a refait parler de lui grâce à Yado Mambo la semaine dernière. Il a suffi d’une rencontre contre Leyton Orient diffusée à la télé pour que le numéro 18 de Ebbsfleet United inspire un tweet qui a tourné en boucle. « Imagine tu signes un joueur qui s’appelle Mambo et tu ne lui donnes pas le numéro 5 », avait écrit un certain Joe.

 

 

 

Retweeté plus de 15.000 fois, le message est forcément revenu aux oreilles de Yado Mambo himself, qui a reconnu… avoir eu la même idée que l’internaute. « J’ai dit à mon coach la même chose mais je crois qu’il ne m’a pas cru jusqu’à ce week-end et ce message sur les réseaux sociaux », a expliqué le défenseur du 11e du championnat à la BBC. Peut-être que désormais, il prendra ça plus au sérieux et changera les numéros la saison prochaine. C’était une de mes chansons préférées à l’époque. À l’école, on me la chantait souvent ». En attendant de le piquer à son coéquipier, il a en partie réalisé son rêve et celui de pas mal d’internautes.