Pour avoir oublié de déclarer tous ses revenus, Franck Dumas risque de payer très cher. Et de passer par la case prison.

 

Passé sur les bancs de Caen et d’Arles-Avignon, Franck Dumas a toujours aimé les plans galères. Mais cette fois, le coach de 48 ans a fait encore plus fort en étant condamné hier, mardi 13 septembre, à 3 ans de prison ferme pour fraude fiscale. Reconnu coupable d’avoir déclaré des revenus inférieurs à ceux qu’il percevait entre 2011 et 2013, l’ancien défenseur de l’AS Monaco et de l’OM devra également rembourser 557 496 euros au Trésor public. Lorsqu’il coachait le club normand, en 2012, il aurait empoché 1,395 million d’euros, dont 730 000 euros non imposables.

 

Casino et euros qui s’évaporent 

D’après Christophe Subts, président du tribunal correctionnel de Caen, qui n’est pas remonté au-delà de 2011 pour son enquête, Franck Dumas « aurait dû s’acquitter de sa dette ». « Dans le sport, il y a parfois quelques euros qui s’évaporent », s’est lamenté le magistrat qui est allé au-delà des réquisitions du procureur, à savoir 3 ans dont 18 mois ferme. «450.000 euros arrivent sur le compte joint de M. Dumas et de sa compagne mais ce compte est transformé en compte personnel (de la compagne, NDLR). Et voilà comment 450.000 euros passent sous le nez de l’administration fiscale», a expliqué Christophe Subts, jugeant « scandaleux » le comportement de l’amie du coach.

Des vidéos de Neymar au tribunal fuitent et le Barça n'est pas content

 

«M. Dumas avait la réputation de mener grand train, a ajouté de son côté Michel Dieder, inspecteur principal des finances publiques. Il faisait des retraits d’espèces importants. Il était semble-t-il joueur au casino. Il n’avait aucune difficulté à dilapider son argent. »

 

Franck Dumas présent pour l’appel

Un jugement auquel Franck Dumas n’est pas venu assister. Le coach, qui avait pourtant promis au parquet d’être présent et de « payer sa dette grâce à la solidarité de ses amis » dans une lettre, n’était même pas représenté par un avocat. Et pour cause, le champion de France 1997 réside aujourd’hui en Guinée équatoriale où il travaille avec la Fédération de foot locale.

 

Franck Dumas ne laisse toutefois pas abattre. Au lendemain de la condamnation, il a déjà déclaré vouloir « évidemment faire appel » dans L’Equipe. « Et je serai là au procès, a précisé le coach avant d’égratigner l’administration. Contrairement à ce que j’ai pu lire, la partie adverse savait très bien que je ne pouvais être là aujourd’hui. J’ai prévenu tout le monde. Ce qui me sidère par ailleurs, c’est la décision qui exige que cette condamnation soit affichée à la porte du stade d’Ornano de Caen pendant un mois. » Le match retour va être sympa.