Deux ans après l’avoir dénoncé, Hulk assure que le racisme dans le football en Russie n’existe plus, dans une interview à CNN. 

 

Leçon d’optimisme ou gros déni ? Interrogé par CNN Sport à l’issue de la Coupe des Confédérations disputée en Russie, Hulk s’est exprimé sur un sujet qu’il connaît bien : le racisme dans les stades russes. Un problème dont il avait été victime « quasiment à chaque match » lors de son passage au Zénith Saint-Peterbourg (2012-2016) et qu’il avait dénoncé à plusieurs reprises.

 

Sauf que désormais, Hulk tient un discours bien différent. « Je suis sûr que cela n’existe plus, a-t-il assuré à Amanda Davies. Cela n’est pas arrivé pendant la Coupe des Confédération donc je suis sûr que cela ne se produira pas pendant la Coupe du monde 2018 », a poursuivi l’attaquant de Shanghai SIPG, visiblement très optimiste. Pour lui, le « problème est résolu » car « les gens se sont rendus compte de l’importance du foot dans le monde entier ».

 

Diego Maradona regrette d'avoir "commencé la drogue à Barcelone"

 

« C’est comme une mode, elle vient de l’étranger »

Preuve que le sujet est sensible, Alexeï Smertine a été nommé il y a quelques mois inspecteur chargé des questions de racisme et de discrimination pour éradiquer le problème en vue de la Coupe du monde 2018. Une nomination qui avait fait grincer des dents puisqu’en 2015, l’ex-joueur de Bordeaux et de Chelsea niait l’existence d’un tel souci en interview avec la BBC : « Il n’y a pas de racisme en Russie, c’est certain. C’est comme une mode, elle vient de l’étranger, de différents pays. » En 2015, justement, Emmanuel Frimpong avait toutefois été expulsé après avoir réagi à des injures racistes en pleine rencontre du championnat russe. Un incident que Hulk avait par ailleurs qualifié de « honte ».

 

 

Heureusement, Alexeï Smertine a depuis changé de discours. « Le fait que le racisme existe partout dans le monde est quelque chose d’évident et ce n’est pas uniquement un problème russe », affirmait-il à l’AFP il y a quelques semaines, se disant confiant sur le fait « qu’aucun incident lié au racisme » n’aurait lieu ici pendant la Coupe du monde. Une prédiction en forme d’espoir pour le Russe, dont les dirigeants craignent un incident qui ternirait l’image de leur football dans le monde.

 

Cet optimiste est en tout cas partagé par Hulk, persuadé que la compétition sera un « évènement merveilleux » qui « aura toute sa place dans les livres d’histoire ».