Pour son premier Dakar, André Villas-Boas a été obligé d’abandonner prématurément.

 

Comme à Chelsea, l’aventure s’est arrêtée plus vite que prévu pour André Villas-Boas. Le coach portugais et son copilote Ruben Faria ont été obligés d’abandonner mardi lors de la 4e étape autour de San Juan de Marcona au Pérou. Son équipe Toyota Overdrive a expliqué que le Portugais souffre « de douleurs au dos suite à une violente réception de saut. Les examens médicaux ne révélaient néanmoins aucune fracture ». La veille, il avait terminé à plus de 2h du vainqueur de la spéciale et pointait à la 43e place.

 

Fan de sport auto, André Villas-Boas (40 ans) a voulu imiter son oncle Pedro qui avait participé à la compétition en 1982 avec un 4×4. Le coach portugais, qui a quitté Shanghai SIPG fin 2017, a d’abord pensé à faire la compétition sur une moto. « J’en ai parlé à ami Alex Doringer, le manager de KTM, qui m’a dit que j’aurais tout de même besoin d’une préparation complète d’une année pour y arriver et qu’il était préférable de se diriger vers la voiture. Alors j’ai pris contact avec le Team Overdrive et me voilà au départ ! », avait-il raconté avant la compétition. Finalement, il aurait peut-être dû suivre son idée de départ.

Infidélités, coups bas... L'ex de Jesé vide son sac et c'est super triste