Soupçonné d’avoir tenu des propos racistes, le directeur du recrutement de West Ham a été suspendu par le club.

 

West Ham n’a pas trainé. Après les révélations du Daily Mail, qui rapportait des propos racistes tenus par Tony Henry, le directeur du recrutement été suspendu à la suite d’une enquête « complète et approfondie ». « West Ham United ne tolèrera aucune forme de discrimination et a donc décidé d’agir vite devant la gravité de ces allégations », assure le communiqué des Hammers qui se définit comme « une famille accueillante, qui ne tient compte ni du sexe, ni de l’âge, ni des aptitudes, ni de la race, ni de la religion et des orientations sexuelles ».

 

 

Jeudi, le Daily Mail évoquait notamment un mail de Tony Henry daté du 27 janvier et envoyé à un responsable du club concernant un joueur d’origine camerounaise. « Nous ne voulons plus d’Africains et il n’est pas assez bon », aurait-il écrit. Interrogé par le tabloïd, il aurait fait encore plus que confirmer ces propos, assurant que West Ham n’avait « rien contre la race africaine » mais que les joueurs africains ont une « mauvaise attitude » et « mettent parfois la pagaille » quand ils ne jouent pas, citant notamment l’attaquant sénégalais Diafra Sakho, transféré à Rennes.

 

Si Tony Henry a aussi cru se rattraper en décrivant le Sénégalais Cheikhou Kouyaté comme « un grand joueur », toujours d’après le Daily Mail, ces propos n’ont donc heureusement pas échappé à West Ham. Herman Ouseley, président de l’association Kick It Out qui lutte contre la discrimination dans le football britannique, a pu rappeler au passage que « donner des instructions à qui que ce soit afin de discriminer une personne est illégal ». Sur Instagram, Cheikhou Kouyaté a quant à lui répondu avec un message clair : « Africain et fier ».

 

African and proud😀 #alhamdulillahforeverything 🙌🏿🙌🏿🙌🏿

Une publication partagée par Cheikhou Kouyate🦁👑🦁 (@roilionpapis8) le