Hier sur Canal+, Karim Benzema a raconté avoir eu une explication musclée avec José Mourinho au Real Madrid. La raison ? Un jour de décembre 2010, le coach portugais l’avait provoqué en le comparant publiquement… à un chat. 

 

En ce 11 décembre 2010, Noël approche mais le Special One fait clairement la gueule. Humilié 15 jours plus tôt par le Barça de Pep Guardiola (5-0) au Camp Nou, José Mourinho connaît des premiers mois plus compliqués qu’espéré sur le banc du Real Madrid. Et les choses ne s’arrangent pas quand Gonzalo Higuain, son buteur titulaire, est victime d’une lombalgie et l’oblige à ne compter que sur un seul numéro 9 d’expérience : Karim Benzema, qui sort d’une première saison d’adaptation au Real (8 buts en 27 rencontres de Liga).

 

Si elle semble évidemment l’agacer, la blessure va en tout cas permettre à José Mourinho d’étoffer son repertoire à punchlines. À la veille d’un déplacement face à Saragosse, le coach du deuxième de la Liga, à deux points du Barça, va en effet s’essayer à une étonnante métaphore au sujet de ses attaquants. « Si tu n’as pas de chien pour aller chasser mais que tu as un chat, alors tu prends le chat, non ? Parce que tu ne peux pas y aller seul. Nous avons un seul attaquant, Benzema. Si Benzema ne joue pas, nous avons un attaquant sur le banc de touche, mais dans ce cas-là il faudra qu’on change de système », se lamente le coach en survêtement devant son micro Bwin.com.

Voilà pourquoi Luis Suarez porte toujours un bandage à la main

 

 

Une référence au manque d’agressivité de Karim Benzema ? Tout le monde le pense à ce moment-là, puisque l’ancien de l’OL, alors second choix derrière Gonzalo Higuain, est déjà au coeur d’un débat pour son déficit d’éfficacité et de stats au Real Madrid. Mais la tirade vise aussi Jorge Valdano, le directeur sportif, accusé de ne pas vouloir renforcer le club au marché hivernal alors que le Special One, qui ne compte pas non plus sur le jeune Alvaro Morata, se voit bien récupérer Samuel Eto’o (Inter Milan) ou encore Edin Dzeko (Wolfsburg) dont les noms circulent pour débarquer au Santiago Bernabeu. José Mourinho obtiendra finalement Emmanuel Adebayor (Manchester City) à la fin du mercato hivernal, avant d’avoir la tête de Valdano.

 

Si Karim Benzema a « toujours eu une bonne relation » avec lui, l’attaquant du Real Madrid n’avait en tout cas pas apprécié cette nouvelle sortie signée José Mourinho. « Il y a eu des expressions, des interventions qui n’étaient pas forcément bien placées. Il parlait de chat, de chien, de pas mal de choses dans la presse. J’avais l’impression que ça le faisait rire. Même si c’est quelqu’un que je respecte, au bout d’un moment, j’ai pété un câble », a-t-il reconnu hier soir dans Le K Benzema, documentaire diffusé sur Canal+.

 

 

 

« À partir de ce moment-là, il n’y a plus eu de chat »

Plutôt courageux du haut de ses 23 ans, Karim Benzema a carrément été frapper à la porte de son coach lors d’une mise au vert, réclamant des explications. « Je lui ai dit ce que j’avais à lui dire. Ça a pris une heure, se souvient-il. Je suis un joueur de foot. T’es mon entraîneur, je te respecte. Respecte-moi en tant que joueur. Et à partir de ce moment-là, il n’y a plus eu de chat, de chien ou je ne sais pas quoi (…) Je suis timide mais si tu te moques de moi, je vais te voir direct », ajoute-t-il.

 

Une bonne idée puisque la relation entre Karim Benzema et José Mourinho en ressortira renforcée. « Vous avez interprété qu’Higuain était le chien et Benzema le chat », accusera le Portugais devant la presse, quelques heures après sa sortie, tandis que KB9 se définira comme un « lion » sur une radio espagnole pour le contredire, en mars 2011. La tirade de José Mourinho n’aura en tout cas pas fait des miracles le lendemain face à Saragosse. Si le Real va l’emporter (1-3, buts d’Özil, Di Maria et Cristiano Ronaldo), le Français restera maladroit devant le but et agacera à plusieurs reprises José Mourinho sur son banc de touche. Dans une Liga écrasée par le Barça (96 points), quatre longueurs devant le Real, l’ancien de l’OL finira avec 15 buts (33 matchs) soit cinq de plus qu’Higuain (17 rencontres).