Partenaire d’Hatem Ben Arfa dans une web-série, l’humoriste Nawell Madani raconte les premiers pas d’acteur du joueur du PSG sur RMC Sport.

 

Les talents de comédien d’Hatem Ben Arfa ne resteront pas longtemps associés à des vidéos estampillées Malaise TV. Du moins, à en croire Nawell Madani : « Sur le tournage, c’est un acteur », s’enthousiasme l’héroïne de CousCous c’est nous, une web-série lancée fin avril et qui compte seize épisodes diffusés dans les prochaines semaines. L’humoriste belge explique pourquoi elle a choisi le joueur du PSG plutôt qu’un autre, revient sur ses vidéos cultes où il évoquait sa situation au club, et parle même un peu foot.

 

Également réalisatrice de CousCous c’est nous, Nawell Madani a personnellement choisi Hatem Ben Arfa pour interpréter le rôle de son frère, le temps d’un épisode diffusé sur Facebook le 10 mai et sur YouTube deux jours plus tard. « Je ne le connaissais pas du tout, mais le seul truc c’est que je trouvais qu’il me ressemblait physiquement, il pouvait jouer mon frère », explique celle qui a uniquement casté des guests n’étant pas comédiens.

Neymar a expliqué son étrange célébration de but contre Amiens

 

Ce n’est donc pas en visionnant l’une des deux vidéos désormais cultes d’Hatem Ben Arfa, qui y évoquait sa situation difficile au PSG, que la réalisatrice a fait son choix. « Sa vidéo sur Instagram, c’est un appel de détresse », le défend-elle. Mais loin du banc de touche et d’un certain Unai Emery, HBA s’est apparemment révélé et pris au jeu. « Sur WhatsApp il m’envoie des idées d’épisodes, il me fait rire, il est très drôle dans la vie de tous les jours », indique l’humoriste qui parle de leur rencontre comme d’un « coup de foudre artistique ».

 

 

« Je préfère la simplicité de Messi »

Pas fan de football, Nawell Madani a baigné malgré elle dans l’univers entre son père, supporter du Real Madrid, et son frère, du Barça. Du coup, elle préfère se contenter de soutenir la Belgique et l’Algérie. « En tant que femme, je préfère la simplicité de Messi », se risque-t-elle néanmoins à avouer. Apparemment, Hatem Ben Arfa a réussi un coaching gagnant.