Samedi, dans les tribunes de Liverpool-Chelsea, on retrouvait l’ancien président de Zamalek, invité par Mohamed Salah. 

 

En plus d’être un attaquant prolifique, Mohamed Salah a une autre qualité : il n’est pas rancunier. Six ans après avoir été refoulé par Zamalek, l’un des clubs les plus titrés d’Egypte, l’attaquant des Reds a invité le président de l’époque, Mamdouh Abbas, à voir le match contre Chelsea dans les tribunes d’Anfield. Et ce dernier a encore pu se rendre compte de sa boulette puisque l’ex-joueur de l’AS Roma a de nouveau scoré et inscrit son 10e but de la saison en Premier League. Un but qu’il n’a d’ailleurs pas célébré après l’attaque d’une mosquée qui a fait plus de 300 morts en Égypte.

 

 

Après la rencontre, les deux ont pris une photo-souvenir et sûrement pu rediscuter de quelques sujets. À commencer par la proposition faite par le l’ex-président de Zamalek. Après le penalty victorieux inscrit par Mohamed Salah (25 ans) pour qualifier l’Egypte au Mondial 2018 il y a quelques semaines, Mamdouh Abbas a proposé d’offrir une superbe villa au joueur en guise de récompense. Une belle proposition toutefois refusée par l’attaquant qui a invité l’ex-président à faire un don au village de Nagrig, près du Caire.

 

Mais les deux ont évidemment dû discuter de cette année 2011 où Zamalek a loupé la signature du joueur. Révélé sous les couleurs de l’Arab Contractors SC, pour lequel il inscrit 12 buts en championnat, le jeune attaquant égyptien attire les recruteurs d’Al Ahly mais également Zamalek. Sauf que le président du club ne le juge pas encore à la hauteur et Mohamed Salah filera au FC Bâle (Suisse) pour 2,5 millions d’euros en juin 2012, avant de signer à Chelsea pour 13 millions d’euros deux ans plus tard. Où comment avoir le nez creux.