Le buteur d’Arsenal est d’humeur loquace. Après avoir évoqué sa peur de Alf, Olivier Giroud parle religion lors d’un entretien avec Sport 24 (Le Figaro).

 

Des pépins physiques, un statut de remplaçant à Arsenal… Olivier Giroud vit surement le début de saison le plus difficile de sa carrière. Heureusement, l’attaquant français est plutôt du genre à relativiser. Comment ? Grâce à sa foi. Et ouais, comme les joueurs brésiliens.


« Je prie régulièrement, c’est important pour moi »

Pendant que Dimitri Payet retrouve Clairefontaine tout d’Ünkut vêtu, Olivier Giroud a rejoint les Bleus, qui affrontent la Suède vendredi, avec des bonnes intentions plein la tête. « Tu relativises beaucoup de choses, que ce soit dans le foot mais surtout dans la vie, confie le sportif de 30 ans. Quand tu n’es pas blessé, tu as la chance de pouvoir t’exprimer sur le terrain, dans des stades pleins, de belles pelouses et c’est un privilège. Et tu te dis qu’à ton retour, tu arrêteras de te plaindre quand tu seras fatigué. On fait un métier fabuleux, ce n’est que du bonheur.»

 

Antoine Griezmann et les coming out dans le foot : "Si j'étais homosexuel, je pense que je le ferais"

Une dernière punchline à la sauce Nikos Aliagas qui traduit un positivisme non sans lien avec sa foi chrétienne. « Depuis que je suis en Angleterre, avec les matchs le dimanche et les déplacements tous les week-ends, je n’ai pas pu aller à l’église très souvent, mais ça ne m’empêche pas de prier, assure le Gunner. Je le fais régulièrement, c’est important pour moi. Cela m’apporte de la tranquillité, une certaine forme d’apaisement. »

 

A l’instar de nombreux joueurs brésiliens, l’ancien Montpelliérain n’a jamais caché sa croyance et s’est même fait tatouer sur le bras droit le premier verset du Psaume 23 en latin « Dominus Regit me et Nihil Mihi Deerit » (« Le Seigneur est mon berger, rien ne saurait me manquer »). Dans cet entretien, il continue sur le thème de la spiritualité, révélant qu’il lit tous les jours Les pensées revigorantes, un livre que lui a offert sa mère. Il n’y a pas que Jésus qui donne la patate au joueur qui reconnaît que passer du temps avec sa famille, notamment Evan, son fils de 8 mois, lui procure beaucoup de bonheur. Amen.