Après sa qualification pour la demi-finale de la Ligue des champions asiatique avec le Schangai SIPG, André Villas-Boas a poussé un étonnant coup de gueule.

 

Nouvelle histoire improbable en Chine. Pendant que Carlos Tevez est jugé trop gros pour jouer par son club du Shanghai Shenhua, André Villas-Boas a sûrement poussé le coup de gueule le plus fou de sa carrière. Qualifié de justesse pour la demi-finale de la Ligue des champions asiatique face au Guangzhou Evergrande (aux tirs au but après un 5-5 sur l’ensemble des deux matchs), le coach portugais a accusé son adversaire d’avoir fait exprès de retarder son arrivée au stade.

 

Comment ? En provoquant un… accident de voiture devant le bus de l’équipe. « Nous venions en bus pour ce match. Les deux mêmes voitures ont eu trois accidents devant nous, c’est un problème », s’est lamenté l’ancien coach de Chelsea qui a décrit la qualification de son équipe, où évoluent Hulk ou encore Oscar, comme un « grand exploit ». « On dirait qu’un seul club doit dominer le football en Asie, en pouvant se permettre d’y parvenir par n’importe quel moyen. Ils peuvent bloquer des hôtels ou provoquer des accidents devant nous », a dénoncé le technicien.

Oui, un footballeur peut signer un contrat grâce... aux Anges de la télé-réalité

 

Au match aller, perdu 4-0 par son équipe, c’est cette fois Luiz Felipe Scolari, coach du Guangzhou Evergrande, qui avait regretté que la climatisation dans le vestiaire de son équipe soit coupée, parlant même d’un « sauna ». A côté, l’ammoniac de OM-PSG en 2005 fait pâle figure.