Sélectionneur d’un impressionnant Mexique lors du Mondial 2006, l’Argentin Ricardo La Volpe parle désormais tactique sur YouTube. 

 

Si son nom est plutôt méconnu dans l’Europe du foot, Ricardo La Volpe fait pourtant partie d’un club prestigieux : les inspirateurs de Guardiola. Mais à l’instar de son compatriote Marcelo Bielsa, l’ex-sélectionneur du Mexique (2002-2006) n’a plus de banc de touche et a donc décidé de parler tactique… sur YouTube. Il y a quelques semaines, le technicien de 65 ans a lancé la chaîne Bigovlog – contraction entre son surnom, El bigoton (Le moustachu) et vlog – où il décrypte face caméra le jeu du Milan de Sacchi, de Messi et Cristiano Ronaldo, de l’Ajax de Van Gaal, du City de Guardiola mais également ses anciennes équipes.

 

Sebastian Abreu bat un record en signant dans son... 26e club

 

« Je ne connaissais rien de YouTube, explique pourtant Ricardo La Volpe à El Pais, parti à sa rencontre dans un studio de Guadalajara. Je regardais juste des images de matchs ». Si l’ancien coach de Boca Juniors ou encore du CF Atlante s’est retrouvé là, c’est plus une question d’opportunité. Poussé vers la sortie par Club America en mai dernier, après avoir manqué la qualification pour les playoffs lors de la dernière rencontre, l’ex-gardien (remplaçant) de l’Argentine championne du monde 78 a été contacté par une agence de com’ qui lui a d’abord conseillé d’ouvrir un compte Twitter, vendu comme une forme de « conférence de presse, une super arme ». Suivi par plus de 76.000 abonnés en un an, le twittos devient rapidement youtubeur.

 

 

 

« J’aime expliquer les choses »

« Ensuite, l’idée c’était de faire du tableau noir, quelque chose de didactique, parce que je voulais déjà faire un livre. Ce que fait Guardiola, moi je le faisais déjà. Quand il était à Culiacan (en 2006, le Catalan termine sa carrière à Sinaloa pour rejoindre le coach Juan Manuel Lillo, ami et modèle, ndlr), moi j’étais déjà sélectionneur du Mexique », aime rappeler le technicien, fier d’avoir été un exemple pour l’un des coachs les plus influents du foot moderne. « Je suis dans une phase de transition. Donc je me suis dit que je pouvais donner du temps aux gens (…) je voulais expliquer les systèmes de jeu. Je ne gagne pas d’argent mais je prends ce temps parce que j’aime expliquer les choses », ajoute le coach influencé par Cesar Luis Menotti, qui assure toutefois ne pas penser à la retraite.

 

 

Car malgré son maigre palmarès – un championnat du Mexique en 93, une Gold Cup en 2003 avec la Tri – Ricardo La Volpe est toujours considéré comme l’entraîneur de la sélection mexicaine la plus attractive de ces dernières années. Au Mondial 2006, les coéquipiers de Rafa Marquez ne seront éliminés qu’aux prolongations par l’Argentine, sauvée par un but superbe de Maxi Rodriguez en huitième de finale après une nette domination de son adversaire, déjà auteur d’une belle Coupe des Confédérations 2005. « Mes quatre ans avec la sélection étaient les meilleures pour les gens grâce au style de jeu », estime toujours le coach qui avait écarté l’icône Cuauhtémoc Blanco pour la Coupe du monde.

 

 

 

L’hommage de Pep

Dans les colonnes d’El Pais, un éditorialiste avait alors salué le jeu de la sélection : Pep Guardiola. « Au Mexique, je me suis notamment inspiré de la relance à trois de La Volpe, de la manière dont il a joué face à l’Argentine au Mondial, en dominant le jeu, même s’ils finiront par perdre », confirmera ensuite le coach catalan en 2013, lors d’une conférence à Buenos Aires. Les amoureux du toque savent désormais à quelle chaîne s’abonner.