Héros malheureux dans l’affaire de la main d’Henry, l’ex-arbitre Martin Hansson raconte le France-Irlande de 2009, le “pire match de (sa) carrière”

 

Peu de gens connaissent son nom, mais il a validé le but le plus contesté de l’histoire récente des Bleus. Pour l’anniversaire de la boulette qui a changé sa vie (et nous aurait épargné Knysna), Martin Hansson (48 ans) est revenu sur la main d’Henry et ce France-Irlande dans The Athletic. Et première surprise : il pensait avoir réussi un gros match au coup de sifflet final. “Quand je suis rentré aux vestiaires, j’ai vraiment pensé que c’était l’un des meilleurs matchs de ma carrière, avoue le Suédois, arbitre de la finale de la Coupe des Confédérations un peu plus tôt. C’est rare d’être impatient de débuter une prolongation en tant qu’arbitre. Mais pour ce match, c’était ce que je ressentais, j’étais bien”. 

 

Pour des raisons écologiques, l'Ajax est bien venu à Lille en train

 

Ce n’est qu’à l’arrivée d’un officiel de la FIFA dans les vestiaires qu’Hansson arrête les high five avec son équipe. “Inconsolable”, l’arbitre comprend qu’il va vivre des moments compliqués, et que le Mondial en Afrique du Sud s’est aussi envolé pour lui et ses assistants. “Nous étions conscients de ce que cela représentait pour l’Irlande et nous savions aussi que pour nous, il n’y avait plus de Coupe du monde, se souvient celui qui a quand même été au Mondial 2010. Un membre de la Fédé irlandaise est ensuite venu nous serrer la main et nous dire qu’il ne rejetait pas la faute sur nous mais sur le joueur, auteur d’une grosse tricherie. C’était incroyablement classe de sa part”, salue également le Suédois, devenu observateur d’arbitre pour la FIFA.

 

 

 

Je ne parlerais pas à Henry”

Si cela ne consolera pas les Irlandais, des “gens fantastiques”, Martin Hansson reconnaît donc aujourd’hui qu’il s’agissait bien de “la pire performance de (sa) carrière”. Et qu’à défaut d’avoir eu le VAR, il a pu compter sur un bon entourage. “J’ai eu la chance d’avoir de très bons amis et beaucoup de soutien à ce moment-là, poursuit-il depuis la ferme qu’il habite à Holmsjo (Suède). Des arbitres du monde entier m’envoyaient des messages, beaucoup plus que ce que j’aurais pu imaginer”. En revanche, pas sûr qu’Henry lui ait envoyé un petit SMS : “Si je le revoyais, je ne lui parlerais pas”, assure-t-il, regrettant au passage que la presse ne mette jamais les stars du foot face à leur mauvaise conduite. Là-dessus, pas besoin de VAR : Henry a bien été puni par beaucoup de médias après le coup de sifflet final.