Annoncé proche de signer au Barça (encore), Antoine Griezmann a pourtant un passé de “madridista” qui vient évidemment de ressurgir sur les réseaux.

 

Modric, Boateng, Vinicius voire Isco… Tous y sont déjà passés. Comme eux, Griezmann a un jour pris le risque de se mouiller entre le Barça et le Real et pourrait (un peu) le regretter. Car à l’aube d’un transfert probable en Catalogne, Internet a déterré son interview à la radio COPE en 2013, alors qu’il joue à la Real Sociedad. “Moi, je suis madridista donc je suis soutiendrai plutôt le Real”, lâche un jeune Grizi, à l’approche de Madrid-Dortmund en C1, avant d’être encore plus clair : “Entre Madrid et le Barça, je suis pour Madrid”, ajoute-t-il sur un ton plus sincère que façon drague de mercato. Si l’effet Zizou et Beckham, son idole, a forcément dû jouer, le futur champion du monde fait aussi référence à Xabi Alonso, icône de la Real partie à Madrid.

 

 

Bon, depuis, pas mal de choses ont changé pour Griezmann : il est surtout devenu Colchonero et a eu le temps d’entonner un paquet de chants anti-madridiste à l’Atlético. Mais pas de quoi faire grimper sa cote parmi le public catalan divisé en deux camps, entre les pro-Grizi qui adorent le joueur et y voient le renfort parfait en attaque aux côtés de Messi, et les anti qui ont toujours en travers de la gorge sa Decision de l’été dernier.

 

 

Egalement cité au PSG – les trolls lui rappelleront cette fois ses déclarations d’amour à l’OM – pour l’après-Atléti, Grizi ne serait pas le seul à zapper sa préférence de supporter (réelle ou pas) pour sa carrière. Ces derniers temps, on a vu Isco avec un maillot du Barça – et un chien appelé Messi -, Modric avec une tunique blaugrana floquée à son nom, Vinicius qui joue “avec le Barça” aux jeux vidéo, ou encore un Boateng team Real, avant de devoir rétropédaler ou nier. On peut même remonter à Iniesta, à fond derrière Madrid avant de rejoindre la Masia et de quitter sa ville d’Albacete, ou encore Zidane, dont l’équipe espagnole préférée était blaugrana. Pas d’inquiétude, donc : ça n’empêche ni d’être adopté, ni de réussir.