Fils du mythique David Trezeguet, Aaron (16 ans) a hérité de la fibre sportive de son papa. Mais lui, c’est sur un ring de boxe qu’il l’exerce.

 

Son père a écrit l’une des plus belles pages de l’histoire du foot français. Presque deux décennies après le doublé Coupe du monde 98/Euro 2000 remporté par David Trezeguet avec les Bleus, c’est Aaron qui veut désormais faire briller le patronyme. Mais si l’ex-attaquant de la Juventus est son “modèle du parfait sportif”, son fils est plus branché ring de boxe thaï que surface de réparation.

 

« J’ai essayé différents sports, notamment le football et le basketball, mais je ça ne m’a pas autant plu que la boxe thaï », explique Aaron dans Torino Today. Ce qui a finalement fait pencher la balance, « c’est le respect et la préparation aux combats », poursuit celui qui disputera un grand tournoi à Turin, le 28 janvier prochain. Devant papa ?

La femme d'Axel Witsel vend une voiture à petit prix et se fait troller

 

 

« Si je ne suis pas bon à l’école, ma mère m’interdit de me battre »

Pendant que les fils de Zinedine Zidane, Enzo, Luca, Théo et Elyaz, viennent de reprendre l’entraînement au Real Madrid comme leur papa champion du monde 98, Aaron enfile chaque jour ses gants de boxe pendant 5 heures. Une préparation intenses qui ne l’éloigne pas pour autant des bancs du lycée comme sa maman Béatrice Trézeguet s’en assure. « Si je ne suis pas bon à l’école, ma mère m’interdit de me battre. Mais il suffit de trouver le bon équilibre, alors, vous pouvez faire les deux », explique-t-il.

 

 

 

« Il m’aide à faire redescendre la pression »

Du côté de l’ex-goleador argentin, aujourd’hui à la charge du développement de l’image de la Juventus Turin, on a d’abord été un peu réticent à l’idée de laisser son fils sur un ring. Mais David Trezeguet est évidemment un soutien pour Aaron, qui a remporté la Coupe régionale Provence-Alpes-Côte-d’Azur de Boxe Thaï et évolue sous les couleurs de Turin, le « club de (sa) vie ». « Lorsqu’il me voit un peu nerveux avant certains évènements, il m’aide à faire redescendre la pression et me donne des conseils », a confié le jeune boxeur au site italien JN24.it.

 

Des conseils forcément précieux avant d’affronter Adam Janczak, un boxeur français, et d’autres combattants venus du monde entier pour ce tournoi au Palaruffini de Turin. « Ça va être génial », s’emballe un Trezeguet Jr déjà prêt à mettre quelques KO au dernier rond, comme son père en finale de l’Euro 2000 contre l’Italie.

 

 

 

 

E.R.