Pressentie depuis plusieurs mois, l’arrivée d’Amazon parmi les diffuseurs de la Premier League est confirmée par The Telegraph

 

Sky Sports, BT et désormais… Amazon. Selon The Telegraph, le géant américain a remporté l’un de deux derniers lots qui n’avaient pas encore trouvé preneurs pour diffuser la Premier League entre 2019 et 2022. Celui qui sortira prochainement un docu-série sur Man City retransmettra 20 matchs en direct par saison programmés en semaine ou lors des jours fériés via Amazon Prime – 7,99 livres (9 euros) par mois – tandis que les 20 autres matchs restants ont été attribués à BT.

 

Ce qui indique que les Anglais devront désormais s’abonner à trois services différents pour suivre leur championnat, un souci pour les supporters qui ne concerne donc pas seulement la France où Mediapro diffusera la L1 en 2020. “Et après ils se demandent pourquoi on regarde sur des streaming illégaux…”, peut-on par exemple lire sous le tweet du Telegraph. Il faudra désormais entre 45 et 60 euros par mois pour suivre tous les matchs.

Pourquoi Gerard Piqué s'implique dans l'annonce d'Antoine Griezmann sur son futur

 

 

 

La baisse des droits télé confirmée

En février, la Premier League comptait sur l’intérêt d’Amazon pour faire grimper les enchères. Sauf que finalement, seuls 5 lots sur 7 ont été attribués à Sky Sports et BT qui ont pu conserver les droits de retransmission de 2019 à 2022 pour 5 milliards d’euros, soit un montant inférieur à la précédente période (6,9 milliards). Pour le championnat anglais, le défi était donc de trouver au moins 1,9 milliard d’euros pour les deux derniers lots comprenant 40 matchs afin de ne pas voir le montant de ces droits TV baisser.

 

Et même si aucun chiffre officiel n’a été annoncé, c’est raté selon The Telegraph. “Ces deux lots ne combleront pas le manque à gagner”, assure le quotidien qui évoque une somme de 100 millions d’euros versée par BT pour le dernier lot. Il n’y a pas qu’en France que le streaming illégal a sûrement de l’avenir.