Dur de louper Antoine Griezmann en ce moment. En promotion pour son autobiographie, l’attaquant de l’Atlético Madrid a accordé une nouvelle interview dans laquelle il parle notamment d’homosexualité. 

 

Antoine Griezmann est partout. Et quand ce n’est pas dans Quotidien, c’est à El Pais en Espagne que Grizi se confie. Mais s’il est plutôt habitué aux questions/réponses bien consensuelles, l’attaquant des Bleus s’est cette fois frotté à un sujet un peu plus sensible : les coming out si rares dans le foot.

 

Je crois que dans le foot ce n’est pas habituel parce qu’on fait les durs et on a peur de ce qui peut se dire, répond Antoine Griezmann. Mais je n’ai rien contre ça : je respecte tout le monde.” Pour le numéro 7 de l’Atlético Madrid, le monde du foot et en particulier les stades manquent de tolérance : “Il y a beaucoup de gens méchants dans le foot et ils peuvent avoir peur de se faire insulter dans un stade”, estime Grizi qui pense toutefois qu’il oserait passer le pas. “Moi je crois que je le ferais. Après c’est sûr que c’est plus facile à dire quand tu n’as pas à le faire”, a-t-il lâché.

La LFP officialise l'arrivée du tarif unique pour les supporters visiteurs

 

Les coming out dans le foot sont tellement rares que la Fédération anglaise avait lancé une idée il y a quelques mois : que des joueurs se réunissent… pour l’annoncer collectivement. En Angleterre, Justin Fashanu est le premier footballeur en activité à avoir révélé son homosexualité en 1990 avant de se suicider huit ans plus tard. En 2014, c’est Thomas Hitzlsperger, ancien international allemand et jeune retraité, qui avait fait son coming out.

 

 

Un bisou Grizi/Jallet ?

Dans un registre plus léger, Antoine Griezmann, qui va se marier à Erika Choperena, a également commenté certaines célébrations de but et notamment… les mains aux fesses. “Je pense que c’est parce que c’est la partie du corps qui est la plus près de la main, a-t-il rigolé. C’est plus une blague”. Quant au bisou sur la bouche, Grizi n’apprécie pas des masses. “Moi ça ne me plaît pas mais si ça se trouve je vais le faire dans un an quand on gagne un Mondial ou une Ligue des champions. Ça dépend de la joie du moment”, a-t-il commenté. Après le bisou Debuchy/Giroud, le bisou Grizi/Jallet ?