À 25 ans, l’attaquant de l’Atletico Madrid et des Bleus ne cesse de grandir. Si Diego Simeone s’en est parfaitement occupé côté terrain, sa compagne Erika Choperena et leur fille Mia y ont contribué dans la vie, comme il le dit à Sport 24 (Le Figaro).

 

Ringard, le “gendre idéal” ? Pas chez les Bleus où Antoine Griezmann incarne le concept avec fraicheur. Devenu papa en avril dernier, quelques semaines avant une finale de la Ligue des Champions, l’attaquant met évidemment en avant le rôle joué par sa compagne Erika, et leur fille Mia, dans sa réussite. « Ma copine m’aide. Ma famille aussi. On m’a éduqué comme ça. Le plus important pour moi, c’est d’être bien dans ma vie privée avec mes deux petites femmes », assure le meilleur buteur de l’Euro 2016.

 

 

Séparé de sa compagne, Paulo Dybala aurait déjà débuté une nouvelle histoire

Erika était un peu jalouse au début”

Du côté d’Erika Choperena, être la petite amie de la nouvelle et ultra sollicitée mascotte des Bleus apporte pourtant son lot d’inconvénients. Mais il en faudra plus pour déstabiliser le couple et la jeune espagnole, qui a rayé le mot jalousie de son vocabulaire : « Elle l’était un peu au début. C’était assez compliqué car c’est venu d’un coup et elle n’y était pas préparée. Mais elle sait qu’elle est la seule et l’unique avec notre petite princesse. Elle n’a aucun souci à se faire. »

 

Au quotidien, les choses ont donc changé en avril, avec l’arrivée d’un bébé. Résultat, Antoine Griezmann peut “dormir seul dans une autre chambre” à l’approche des matchs. Mais dès qu’il a une matinée de libre, le jeune padre retrouve avec bonheur les nuits – courtes – avec un bébé qui lui permet désormais de rapidement oublier le goût de la défaite : « Quand on perd, je suis dans le vestiaire, énervé, sans parler, à avoir des mauvaises pensées. Dès que j’arrive à la maison, j’oublie tout. Je ne pense plus qu’à elle, qu’à la faire rigoler. C’est le top. »

 

Une très belle surprise aujourd’hui à l’entrainement ???? #Mía

Une photo publiée par Antoine Griezmann (@antogriezmann) le

 

Mes coéquipiers me chambrent avec mon image”

Un discours plein de bons sentiments qui contribue grandement à donner une image consensuelle mais fidèle à la réalité. Et même si cela attire parfois à l’attaquant des Colchoneros quelques rires dans les vestiaires. « Mes coéquipiers de l’équipe de France me chambrent souvent avec ça, raconte le joueur. Ça m’amuse. Je suis comme ça, je ne me force pas. Je ne me prends pas la tête. J’ai toujours le sourire. Même en Espagne, on en rigole. J’aime bien, ça ne me dérange pas », confie un gendre tellement idéal qu’il pourrait vanter la dentition de Didier Deschamps.