Lors d’une rencontre de championnat samedi, les U16 du Hertha ont quitté le terrain pour protester contre les insultes racistes de leurs adversaires.

 

Les plus jeunes donnent l’exemple. En plein débat sur les mesures à prendre pour stopper le racisme dans les stades, les moins de 16 du Hertha ont eu la réaction que beaucoup espèrent voir au plus haut niveau. En train de gagner 2-0 contre le VfB Auerbach 1906, les Berlinois ont préféré rentrer au vestiaire au bout de 68 minutes de jeu, après avoir averti l’arbitre. “Plusieurs joueurs de notre équipe ont été victimes d’insultes racistes de la part de leurs adversaires”, a dénoncé le club dans un communiqué. Même si le VfB Auerbach 1906 nie les insultes, tout en promettant une enquête interne.

 

 

Avec ce geste, le Hertha souhaite en tout cas lancer un message. “Dans ces moments-là, les valeurs sont plus importantes pour nous qu’une victoire ou une défaite, a expliqué Paul Keuter, l’un des dirigeants du club. Nous avons une responsabilité envers nous-mêmes, nos joueurs et la société. Nous prenons cette responsabilité très au sérieux, et c’est pourquoi ne pas continuer le match était la seule bonne décision”, a ajouté Paul Keuter, qui avait déjà condamné des cris de singe envers Jessic Ngankam, membre des U23, quelques jours plus tôt. De son côté, l’ex-joueur du Hertha et désormais coach des U16 Sofian Chahed a rappelé qu’il ne devait pas y avoir de place pour le racisme “sur et en dehors du terrain”. 

 

 

Ces dernières années, le Hertha a souvent rappelé son engagement contre les discriminations. Face à la percée du parti d’extrême droite AfD en 2017, l’équipe avait par exemple posé avec un genou à terre, comme les athlètes noirs américains, pour réclamer “une ville de Berlin plus tolérante”.