S’il est installé à Londres depuis 1996, Arsène Wenger s’intéresse encore à la politique en France. Le coach d’Arsenal a récemment vanté les mérites d’Emmanuel Macron. 

 

Que ce soit en foot ou en politique, Arsène Wenger adore la jeunesse. Selon The Independent, le coach d’Arsenal est assez emballé par la réussite d’Emmanuel Macron, arrivé au deuxième tour de la présidentielle à seulement 39 ans. “C’est très impressionnant car à 38 ans il a quitté un parti (il n’était plus membre du PS depuis 2009, ndlr) pour créer son propre mouvement et il a réussi”, a commenté l’ex-coach de l’AS Monaco qui n’aurait pas misé sur lui avant le premier tour. “Je ne pensais pas qu’il avait une chance de le faire. Parce dans l’histoire, personne n’est devenu président en France sans avoir un gros parti derrière lui”, a ajouté le coach des Gunners et de Laurent Koscielny, un ami de François Hollande.

 

C’est fait”

Loin d’une certaine peur qui gagne du terrain en France, Arsène Wenger se dit confiant pour Emmanuel Macron, déjà soutenu par des footballeurs comme Yohan Cabaye. “C’est fait”, a-t-il assuré en oubliant un peu vite l’élection de Donald Trump, le Brexit ou encore la remontada du Barça. Le coach d’Arsenal ne veut toutefois pas soutenir publiquement le candidat d’En Marche ! et laisse planer le mystère pour le 7 mai. “Vous déduisez ce que vous voulez”, a ajouté le coach de 67 ans. En avril, il assurait que son vote serait “évident” au deuxième tour, sous-entendant qu’il allait glisser un bulletin pour le candidat qui affrontera Marine Le Pen. Pour le premier scrutin, c’est son épouse qui a voté par procuration puisqu’il battait ce jour-là Manchester City en Cup.

Exilé aux Etats-Unis pour raisons politiques, Hakan Sükür raconte sa nouvelle vie au New York Times

 

Seul bémol pour Arsène Wenger, Emmanuel Macron ne semble pas avoir “la fibre football en lui”. Parce qu’il préfère l’OM à l’AS Monaco ?

 

E.R.