En route vers ma nouvelle maison avec mon ami Hiroshi Mikitani”. C’est avec un court message sur Twitter qu’Andrés Iniesta a officialisé mercredi soir son arrivée au Vissel Kobe (Japon) après 22 ans au Barça. À 34 ans, c’est l’occasion de s’offrir une pré-retraite dorée – on parle de 25 millions d’euros par an – comme d’autres grands noms du foot l’on fait avant lui en J.League. Voilà une petite sélection qui sent bon les 90’s.

 

 

Gary Lineker (Nagoya Grampus Eight)

Deuxième buteur du championnat anglais avec Tottenham, Gary Lineker surprend tout le monde en filant vers la J.League et Nagoya qui lui offre le statut de joueur le mieux payé. Malheureusement pour le club sponsorisé par Toyota, l’icône anglaise de 32 ans, souvent blessée, peine à scorer autant que souhaiter et l’aventure s’arrête après deux ans en 1994.

 

La Fédération serbe veut des sanctions contre Xhaka et Shaqiri pour leurs célébrations de but

 

 

Lukas Podolski (Vissel Kobe)

Au Vissel Kobe, Andrés Iniesta retrouvera un autre joueur qui a brillé en Coupe du monde et en Europe. Arrivé durant l’été 2017 au Japon, Lukas Podolski vit une pré-retraite tranquille avec le 6e de J.League, où il a marqué 5 buts en 12 matchs cette saison, entre deux aller-retours en Allemagne pour s’occuper de son kebab.

 

 

 

Patrick Mboma (Vissel Kobe)

Comme beaucoup d’attaquants ayant brillé en Europe, Patrick Mboma fera partie de ceux qui ont connu une fin de carrière au Japon dans les années 90. Déjà passé par Osaka en 1997, l’ancien buteur camerounais de Parme et du PSG retourne en J.League au Tokyo Verdy puis au Vissel Kobe en 2004/2005.

 

 

Basile Boli (Urawa Red Diamonds)

Quatre après son coup de tête contre le Milan AC, Basile Boli s’envole vers une pré-retraite au Japon à seulement 29 ans. Peu en réussite à Monaco, où il a débarqué durant l’été, le défenseur se laisse tenter par le club de Mitsubishi où il joue deux saisons avant de raccrocher les crampons.

 

 

Gérald Passi (Nagoya Grampus Eight)

Avec Franck Durix et surtout Arsène Wenger, le frère de Franck fait les beaux jours de Nagoya au milieu des 90’s. Avec son ancien coach à Monaco, il remporte le premier titre du club de Toyota, la Coupe de l’Empereur 1995 et termine 3e du championnat avant de prendre sa retraite.

 

 

 

 

Zico (Kashima Antlers)

Légende du foot brésilien, Zico participe à l’essor du foot japonais dans les 90’s en étant l’un des premiers grands noms à jouer en J.League et aux Kashima Antlers, avant d’être imité par Dunga et Toto Schillaci au Jubilo Iwata. En 1994, l’ex-icône de Flamengo prend sa retraite et coache le club puis la sélection nationale qu’il emmène au Mondial 2006.

 

 

 

Txiki Begiristain (Urawa Red Diamonds)

Outre Basile Boli, Urawa Red Diamonds recrute aussi en 1997 un ancien du grand Barça de Cruyff : Txiki Begiristain. Le milieu basque quitte La Corogne et y termine sa carrière pendant deux ans avant de raccrocher en 1999 et de devenir quelques années plus tard directeur technique du Barça de Pep Guardiola qu’il a depuis retrouvé à City.

 

 

Dragan Stojković (Nagoya Grampus Eight)

J’ai appris de Wenger ce qu’était le football moderne”. Cette phrase n’est pas signée Marouane Chamakh mais Dragan Stojkovic. Ex-star de l’Etoile rouge de Belgrade passée par l’OM, le numéro 10 a du mal à retrouver son niveau avant que le coach français débarque à Nagoya et fasse de lui le meilleur joueur du championnat. Il ne partira qu’en 2001 après 57 buts en 184 matchs.

 

 

Wenger à Nagoya en mai 1995 (Panoramic)

Wenger à Nagoya en mai 1995 (Panoramic)

 

 

Cacau (Cerezo Osaka)

Légende du VfB Stuttgart où il a enchainé les buts dans les années 2000, l’ex-international allemand né au Brésil termine sa carrière par une dernière saison au Cerezo Osaka en 2014 où il rejoint un autre grand buteur sud-américain : Diego Forlan.