Dans une interview à Goal.com, l’ancien président du Barça Joan Gaspart a raconté le moment où Ronaldo leur a échappé pour signer à l’Inter. 

 

Une histoire de gros billets et surtout de promesses non tenues : voilà comment, du côté du Barça et des agents du Brésilien, on a toujours résumé l’histoire du transfert de Ronaldo à l’Inter, le gros feuilleton du mercato d’été 1997. Mais plus de 20 ans après, le vice-président de l’époque Joan Gaspart apporte un nouvel éclairage assez improbable. Pour lui, si tout a capoté alors que la prolongation de contrat était quasiment signée, c’est à cause d’une… virée au restaurant.

 

Champagne et rétropédalage

Nous rédigions le document en présence du propre joueur et de ses deux agents (Alexandre Martins et Reinaldo Pitta, ndlr), s’est rappelé Joan Gaspart dans une interview à Goal.com. Il était 3h de l’après-midi et logiquement, nous avons décidé d’aller déjeuner pour célébrer la prolongation de Ronaldo pour, ensuite, revenir au bureau et signer l’accord que nous avions trouvé. Nous avions même débouché le champagne pour fêter ça”.

Finalement, le nouveau logo du Barça va être modifié

 

Excès de confiance ? Cette pause sera en tout cas fatale puisqu’entre-temps, les agents de R9, auteur d’une saison à 47 buts en 49 matchs, en auraient profité pour trouver un accord plus avantageux avec l’Inter. “Cela a été notre erreur, parce que si nous n’avions pas été mangé et nous avions signé à ce moment-là, Ronaldo serait resté à Barcelone, jure-t-il. Un des agents est parti une demi-heure au téléphone (…) avant de revenir en s’excusant pour prendre un café. On a trinqué avant d’aller au bureau pour signer”.

 

Enric Reyna et Joan Gaspart en février 2003 - Panoramic

Enric Reyna et Joan Gaspart en février 2003 – Panoramic

 

Une fois arrivé au bureau du président Nuñez, qui avait annoncé la veille que Ronaldo allait prolonger pour neuf ans (si, si), les choses se compliquent sévèrement. “Ils voulaient renégocier le contrat dans sa quasi totalité, avançant des arguments économiques clairs. Quand on acceptait de répondre favorablement à cinq demandes, ils en proposaient une sixième, puis une septième”, raconte Gaspart. C’est là que le pacte célébré quelques heures plus tôt est finalement rompu. La clause de Ronaldo – 28 millions d’euros – sera payée par le joueur lui-même pour signer à l’Inter, à l’image du départ de Neymar au PSG des années plus tard.

 

Ronaldo et le Barça 96/97 - Panoramic

Ronaldo et le Barça 96/97 – Panoramic

 

 

Ronaldo est plus pour le Barça que pour le Real”

Mais selon Joan Gaspart, élu président du Barça un peu plus tard, pour l’un des pires mandats de l’histoire (2000-2003), Ronaldo ne voulait pas du tout quitter l’Espagne. “En larmes, Ronaldo m’a dit qu’il était désolé mais que ses représentants lui avait dit qu’une offre bien plus lucrative que la nôtre avait été faite”, assure-t-il, ajoutant même que le numéro 9 voudra revenir au club en 2002. “Ronaldo m’a dit que si on s’alignait sur l’offre du Real, il choisirait le Barça mais c’était une somme trop importante, promet celui qui a tout de même sorti le chéquier pour des Petit, Alfonso ou encore Geovanni à l’époque. Il est plus pour le Barça que pour le Real”.

 

Ronaldo avec le Real en 2003 - Panoramic

Ronaldo avec le Real en 2003 – Panoramic

 

Dans le livre Ronaldo : glória e drama no futebol globalizado de Jorge Caldeira (2002), on retrouve bien les larmes du buteur, qui aurait tout fait pour rester avant d’autoriser ses agents à dire oui à l’Inter, mais le récit des négociations est plutôt différent. D’après l’auteur, les tensions débutent bien plus tôt dans la saison, quand le Barça tarde (volontairement ?) à faire une proposition de prolongation concrète. Ce que les représentants du joueur voient comme un manque de considération pour celui qui explose toutes les stats et agite tous les dirigeants européens, du Bayern en passant par la Lazio, l’autre club italien le plus intéressé par Il Fenomeno. Pendant les négociations, Alexandre Martins et Reinaldo Pitta sont donc déjà en discussions très avancées avec l’Inter et les Laziales.

 

Núñez a joué avec moi pendant 7 ou 8 mois, il sait qu’il a fait une erreur”, dira Ronaldo en 2006 à El Periodico. Une fois que le président blaugrana décide de mettre la main à la poche, c’est donc trop tard : les agents du Brésilien se sont mis d’accord avec l’Inter dans son dos.

 

Ronaldo avec l'Inter Milan en 2000 - Panoramic

Ronaldo avec l’Inter Milan en 2000 – Panoramic