Dans le livre Contre Allez, le photographe Alexis Berg fait le récit d’un Mondial 2018 hors des stades, de la Russie à Paris. 

 

Les éclairs de Mbappé, les feintes d’Hazard, la démarche d’Umtiti, les chutes de Neymar… Si tout ça fait bien partie de l’histoire du Mondial 2018, on ne le retrouvera pas dans Contre Allez. Sorti aujourd’hui aux éditions Mons, ce livre photographique propose plutôt un contrechamp sur la Coupe de monde, des rues aux bars en passant par les métros mais toujours en marge des stades.

 

Quand La Casa de Papel inspire un tifo aux supporters d'un club saoudien

 

Photo d'Alexis Berg dans "Contre Allez"

 

Ce livre, ou ce voyage, se situe en périphérie du sport mais à l’intérieur de son périmètre social, d’abord en Russie pendant le premier tour, puis à Paris pour le dernier jour, dans les rues et les espaces, écrit Alexis Berg. C’est un contrechamp, ou au moins, sa tentative. Un déplacement en parallèle des flux, de Moscou à Sotchi, de Saint-Pétersbourg à Volgograd, du boulevard de Clichy aux avenues capitales. Une errance à travers les zones occupées par les supporters. Mon regard depuis les contre-allées de la Coupe du monde”.

 

 

contre2

 

Taxis accidentés, macaque spectateur ou supporter abandonné : entre toutes ces images de Russie vues nulle part ailleurs, Contre Allez propose témoignages personnels et analyses critiques sur la Coupe du monde en tant que spectacle mondialisé et produit de propagande. Sans oublier toutes les images de joie que l’évènement a aussi provoqué et son apothéose, le 15 juillet dans les rues de Paris.

 

contr0

 

contreallez2

 

Photo d'Alexis Berg dans le livre "Contre Allez"

 

Photo d'Alexis Berg dans "Contre Allez"

 

Photo d'Alexis Berg dans "Contre Allez"

 

 

Le livre "Contre Allez" d'Alexis Berg

 

“Contre Allez” d’Alexis Berg, disponible aux Editions Mons (19 euros).