Après le terrible crash aérien de Cerro Gordo (Colombie) qui a tué 71 personnes, trois footballeurs de l’équipe de Chapecoense ont miraculeusement survécu. Parmi eux, le gardien Jackson Ragnar Follman, qui a dû être amputé.

 

Le rêve a tourné au cauchemar. Qualifié pour la finale de la Coupe Sudamericana – l’équivalent de l’Europa League – l’équipe de Chapecoense (D1 brésilienne) a été décimée dans un crash aérien en Colombie, lundi 28 novembre. Selon le dernier bilan officiel, 71 personnes ont été tuées mais six passagers ont survécu à l’accident. Parmi les rescapés de cette tragédie, presque 60 ans après le crash ayant décimé Manchester United, on retrouve trois footballeurs, deux membres de l’équipage et un journaliste.

 

Miraculé, Jackson Ragnar Follman était le quatrième gardien de l’équipe brésilienne. Il a été amputé de la jambe droite, le lendemain du crash, mais ses jours ne seraient pas en danger. Ses coéquipiers, les défenseurs Alan Rushel et Helio Hermito Zampier Neto, font aussi partie des rescapés tandis que quatre personnes inscrites sur les listes de passagers ne sont finalement pas montées dans l’avion. S’il est ressorti vivant du crash, le gardien Danilo Padilha a finalement succombé à ses blessures à l’hôpital.

La Fédération américaine a sorti un mini-documentaire sur Tim Weah

 

Parmi les victimes, on retrouve également Cléber Santana, ancien milieu de l’Atlético Madrid, ou encore l’ancien international Mario Sergio, devenu, depuis sa retraite en 1985, commentateur sur Fox Sport Latin America.

 

 

#ForçaChape

Tandis que l’autre finaliste, l’Atlético nacional, a demandé à la Conmebol que le titre de la Sudamericana soit remis à Chapecoense, et plusieurs clubs ont proposé de prêter gratuitement des joueurs, de nombreux joueurs ont envoyé des messages de soutien sur Twitter avec le hashtag #ForçaChape. Neymar, Paul Pogba, Edinson Cavani… Beaucoup ont fait part de leur peine. « Malheureusement, ces gars, qui étaient en train de devenir importants dans le monde du football, ont pris le mauvais avion. À partir d’aujourd’hui, je suis supporteur du Chapecoense… » a de son côté déclaré Diego Maradona.

 

 

 

 

Un día muy triste hoy para el fútbol, para nosotros jugadores, amigos y familiares de toda esa tripulación!! Quiero dejar aqui mis más sentidos pésames a sus familiares. Que Dios bendiga y de fuerzas a sus familiares. #FuerzaChapecoense Un jour triste pour le football, pour nous les joueurs, amis et famille de tous ces passagers!! Toutes mes condoléances aux familles. Que Dieu bénisse et donne de la force a toutes ces familles. Oggi é un giorno triste per il calcio e per noi giocatori,amici e familiari di questo equipaggio!! Voglio dare le mie piú sentite condoglianze ai suoi parenti. Che Dio benedica e gli dia la forza alla sus famiglia. A sad day for football, for us players, friends and families of all the passengers!! I wish to express my deep condolences to their families. God bless and give strenght to all these families. Hoje é um dia muito triste para o futebol, para nós jogadores, amigos e familiares de toda a tripulação!! Quero deixar aqui os meus mais sentidos pêsames aos seus familiares. Que Deus abençoe e dê forças às suas famílias.

Une photo publiée par Edinson Cavani (@cavaniofficial21) le

 

 

Une panne de carburant en cause ?

En attendant, l’enquête se poursuit. Les deux boîtes noires de l’appareil ont été retrouvées et pourront bientôt permettre de lever le voile sur les circonstances de ce terrible accident. Lors d’un appel d’urgence dans la nuit de lundi à mardi, le pilote avait fait état de « pannes électriques » à bord. Aujourd’hui, c’est une autre piste qui semble prendre le dessus : le manque de carburant. Une source militaire a déclaré à l’AFP qu’il était « très suspect que malgré le crash de l’appareil, celui-ci n’ait pas explosé ».