Pour la nouvelle campagne Unicef, qui lutte contre les violences faites aux enfants, David Beckham a prêté son image et ses tatouages.

 

David Beckham n’utilise pas que son corps pour H&M. Le Spice Boy, habitué à s’investir dans des causes caritatives, se dévoile cette fois dans la dernière campagne Unicef. Mais si on le voit assis et surtout sans t-shirt dans ce spot de 60 secondes, cela a un sens : montrer que comme ses tatouages, les violences faites aux enfants “marquent pour toujours”. “C’est dramatique, mettez-y fin”, somme l’ex-joueur de Manchester United, sur le corps duquel des tatouages animés ont été rajoutés.

 

 

En Angleterre, la BBC célèbre la fin de la malédiction des tirs aux buts avec une vidéo frissons

Des cicatrices qui ne partiront jamais”

Le spot est visible sur le compte Instagram de David Beckham, qui nous explique sa démarche. Le mari de Victoria regrette notamment que s’il «a choisi toutes les marques sur son corps, des millions d’enfants, eux, ne les choisissent malheureusement pas». «J’ai rencontré des enfants, grâce à Unicef, qui ont été victimes de terribles violences et abus, qui leur laissent des cicatrices qui ne partiront jamais», poursuit le papa de Brooklyn (17 ans), Romeo (12 ans), Cruz (9 ans) et Harper (5 ans).

 

 

Sur le site de l’Unicef, dont il est ambassadeur, David Beckham ajoute avoir été terriblement marqué au retour d’un voyage au Cambodge. Cela fait 10 ans que l’ex-milieu est impliqué et plus particulièrement sur le “7 fund” – fonds baptisé en mémoire du numéro qu’il portait.  «Toutes les cinq minutes, quelque part dans le monde, un enfant meurt à cause de violences dont il a été victime», explique-t-il. Une mission pour laquelle il peut compter sur le soutien de ses proches et des stars du foot comme Cristiano Ronaldo ou Kaka qui ont partagé son message sur les réseaux sociaux.