Au théâtre ce soir : Diego Maradona. À Naples, où il est une idole depuis son passage au club dans les années 80, l’ex-numéro 10 va monter sur les planches. 

 

Des années après les ovations du stade San Paolo, Diego Maradona devrait recevoir celles du San Carlo. Ce soir, El Pibe de Oro va se produire dans la célèbre enceinte pour une représentation de Trois fois 10, un spectacle consacrée au mythique poste de meneur de jeu. Arrivé hier, l’ancien joueur argentin a déjà pu s’apercevoir que sa place dans le coeur du peuple napolitain est intacte. “C’est émouvant de voir comment l’amour pour moi se transmet de père en fils. J’ai vu des jeunes qui n’étaient pas nés quand je jouais pleurer parce qu’ils avaient fait une photo avec moi”, a confié l’ex-joueur de Naples (1984-1991) à la chaîne Sky.

 

Véritable monument de la ville, Diego Maradona a été reçu par des dizaines de fans devant son hôtel. Entre textes récités, chansons et images, il y racontera son histoire de numéro 10 avec d’autres artistes comme l’acteur Alessandro Siani, qui a également écrit la pièce. “Ça ne sera pas un spectacle. C’est l’histoire de ce que Maradona a en lui, de Maradona avant qu’il quitte le terrain, a promis l’ex-joueur en conférence de presse. Je raconterai tout ce que j’ai dans le coeur, je ne garderai rien pour moi. Et je sais que les Napolitains comprendront tout”. D’autres numéros 10 de légende seront de la partie comme Roberto Baggio ou encore Francesco Totti via des messages vidéos.

Une délégation de la Lazio se rendra à Auschwitz

 

 

Un retour polémique

Forcément, il est déjà trop tard pour se procurer un billet. Le retour de l’ex-joueur de Naples et du Barça affiche déjà complet et toutes les places ont été vendues en quelques heures malgré des prix plutôt élevés, allant jusqu’à plus de 350 euros. Fidèle à sa réputation, Diego Maradona ne pouvait toutefois pas éviter une petite polémique : “Le San Carlo a une histoire très riche (…) On doit y jouer de la musique, des opéras, des ballets. Ca n’est pas un endroit pour le football, c’est totalement inapproprié”, a ainsi regretté le compositeur Roberto De Simone. Le maire de la ville, Luigi De Magistris (gauche), a tenté de calmer la polémique, assurant qu’il n’y voyait “rien de mal” : “Le football c’est de la culture”. Ça tombe bien, Maradona est le football.

 

V.L.