Week-end intense pour Diego Maradona. Après la perte de Fidel Castro, son “second père”, la légende du foot a vibré pour Juan Martin Del Potro, lors de la finale de la coupe Davis. Attention, ascenseur émotionnel.

 

 

Ils sont nombreux à avoir pleuré (et s’être chamaillés) après la mort de Fidel Castro, vendredi. Parmi eux, Diego Maradona, qui avait lié une “amitié révolutionnaire” avec le Lider Maximo. Cette douleur a toutefois pu être atténuée par la victoire de l’Argentine en finale de la Coupe Davis, à Zagreb. Car s’il y en a bien un qui l’a vécu à fond, c’est le mythique numéro 10 de l’Albiceleste. Les cinq heures de jeu de Juan Martin Del Potro et sa remontée presque miraculeuse face à Marin Cilic ont mis El Pibe del oro dans tous ses états en tribune.

 

Pour Pepe Reina, le ballon du Mondial est responsable de la boulette du gardien de l'Uruguay

Et Diego Maradona a même pu repartir avec un cadeau. Le tennisman argentin a remercié l’ancienne idole de Naples en lui offrant sa raquette ainsi que son t-shirt après la rencontre. L’ex-coach de l’Albiceleste a également pu taper la pose près de la Coupe Davis. Grosse soirée.

 

 

 

 

Mojitos et tattoos

Quelques heures plus tôt, Diego Maradona n’avait pas vraiment le coeur à se marrer. “Fidel a été comme mon second père”, avait confié le mythique numéro 10 à l’annonce de la disparition du dirigeant cubain. Une “grande douleur” comparable à celle qu’El pibe de oro avait ressenti à la mort de ses parents. En 2000, on se souvient notamment que Fidel Castro avait accepté de voir l’ex-joueur, alors soigné dans un établissement de La Havane pour son addiction à la cocaïne, après avoir été refusé par toutes les cliniques en Argentine.

 

Samedi, Diego Maradona s’est ainsi remémoré d’autres bons souvenirs avec le leader cubain, dont il a le visage tatoué sur le mollet, de discussions téléphoniques “à deux heures du matin” aux “mojitos” sirotés en refaisant le monde. Entre ça et la victoire de son Argentine, son coeur a donc dû battre à 100 à l’heure. Arrêter les stupéfiants était vraiment une bonne idée.