Donald Trump président, les Simpson l’avaient (encore) soi-disant prédit. Mais quelques heures après l’élection de l’homme d’affaires à la Maison Blanche, c’est toujours un immense choc pour beaucoup de gens. Y compris chez les footballeurs qui se sont eux aussi indignés sur Twitter. 

 

Donald Trump a beau avoir fait une belle carrière dans le catch, les sportifs ne comprennent pas non plus comment le magnat perruqué a pu arracher la Maison Blanche. Chez les footballeurs, les Belges, qui ont visiblement la conscience politique la plus aiguisée, ont été les premiers à s’être indignés sur Twitter.

 

Je n’arrive pas à croire ce que je vois. C’est tellement gênant”, écrit par exemple le défenseur de Tottenham Jan Vertonghen, à propos du vainqueur de l’élection présidentielle face à Hillary Clinton.

Le Barça prend ses distances avec Ronaldinho et Rivaldo après leur soutien à l'extrême droite

 

 

Même abattement du côté de Vincent Kompany, son partenaire au sein de la sélection belge. “Wtf… Mettons tout les idiots du monde entier au pouvoir pour voir ce que ça donne. Télé-réalité nouvelle génération. #TristeMonde”, a réagi le défenseur de Manchester City, visiblement défait.

 

 

Hyperactif sur Twitter, Thomas Meunier, le défenseur belge du PSG, a carrément été plus loin en pointant du doigt les abstentionnistes. Bim.

 

 

En MLS, on s’est énervé aussi. Robbie Rogers, qui avait fait son coming-out en 2013, a toutefois essayé de rester positif. Le joueur des Los Angeles Galaxy a notamment apporté son soutien aux Américains de confession musulmane.

 

 

 

Du côté de l’Angleterre, Joey Barton est resté songeur tandis que le frenchie Louis Saha avait l’air super angoissé.

 

 

 

Hormis le Toulouse FC, qui en a profité pour inviter Beyoncé au Stadium, le seul qui a essayé de vraiment détendre l’atmosphère est Javi Martinez, l’Espagnol du Bayern Munich : “La fin de mon rêve de jouer en MLS ?

 

 

 

Mouais. Peut-être un peu trop tôt, Javi.