Mardi soir, France 98 affrontait une sélection Fifa 98 (3-2) lors d’un grand match de gala. Et avec un maillot spécial conçu par de jeunes étudiants pour l’occasion. 

 

Moins de cheveux, plus de ventre… S’ils ont un peu changé, ce sont bien les champions du monde 98 – à deux ou trois absents près – que tout le pays a pu retrouver hier soir lors d’un match de gala contre une sélection cinq étoiles (Davids, Eto’o, Vieri, Kluivert… et même Usain Bolt) à l’U Arena de Nanterre. La même équipe mais pas le même maillot puisque Zidane – auteur d’un nouveau coup-franc à mettre dans sa compil’ – et ses vieux copains portaient une tenue créée pour l’occasion et particulièrement réussie.

 

 

20 ans après la victoire en Coupe du monde, adidas a cette fois fait équipe avec deux élèves de Casa93, une école de mode de Saint-Ouen “qui valorise les talents des banlieues“, pour réinventer la tenue de 98. Dans sa version modernisée, le flocage d’origine a été conservé mais l’on remarque l’absence du coq, remplacé par un écusson très 90’s comportant le drapeau français, ou encore la disparition des bandes horizontales. Des nouveautés que l’on doit aussi au fait qu’adidas ne soit plus l’équipementier des Bleus.

 

Photo 08-06-2018 11 24 54

 

PHOTO-2018-06-11-19-58-08

 

 

 

Zidane l’a aussi trouvé “très beau”

Ce qui n’empêche de valider le relooking que les joueurs eux-mêmes ont visiblement apprécié. “Zidane m’a dit qu’il le trouvait très beau !”, explique ainsi Nadine Gonzalez, la boss de l’école, au Parisien, après avoir présenté le maillot aux champions du monde juste avant le match, lors d’un événement adidas à Saint-Denis. C’est même Youri Djorkaeff, organisateur du gala, qui a tranché pour le projet de Gloria Despioch (22 ans) et Mohammed Bounoua (23 ans), les deux étudiants choisis pour dessiner le maillot qui ne sera d’ailleurs pas commercialisé. “Tout est allé très vite, on a encore du mal à réaliser”, a expliqué le duo, toujours dans Le Parisien.

 

 

Il y a forcément de quoi être encore bouleversé puisqu’adidas a frappé à la porte de l’école en avril seulement, considérant que l’établissement symbolisait le fameux “black-blanc-beur”. “On a évidemment gardé les trois couleurs du drapeau, en choisissant des motifs futuristes, quelque chose de linéaire, d’architectural, car on est la génération de l’après 98″, a précisé Gloria, dont le coéquipier Mohammed est passé par les centres de formation du FC Metz et d’Angers. Trop jeunes en 98, les deux élèves ont puisé dans les archives mais aussi les souvenirs racontés par leur famille respective. “Nous, on n’a pas connu France 98, mais ce maillot, c’est notre victoire à nous”, s’est félicité Mohamed. Si voir les Bleus soulever le trophée était beau, voir Zidane marquer avec l’une de ses créations sur le dos doit être pas mal non plus.