Arrivé à Lille depuis même pas un an, Éder connaît visiblement mieux le quotidien des Français que certains hommes politiques. La preuve ? Le joueur portugais peut donner le prix d’un pain au chocolat.

 

Après Hatem Ben Arfa et Blaise Matuidi, qui ont offert un test de français mémorable à leur coéquipier du PSG Marco Verratti, c’est au tour d’Éder de se voir coller une interro par le site bros-stories.com. Le but ? Savoir à quel point l’international portugais, auteur d’un début de saison assez catastrophique comme ses coéquipiers du LOSC, est français. Et contre toute attente, l’ancien buteur du Sporting Braga s’en sort très bien.

 

Prêt à affronter n’importe quel matinalier, Éder trouve par exemple sans difficulté le prix d’un pain au chocolat : 1,10 €. “Je mange beaucoup”, précisera l’attaquant portugais du LOSC. Prends-en de la graine, Jean-François. Visiblement amateur de chocolatines (les “sudistes” apprécieront), Éder est également à très l’aise avec une flûte de champagne à main. Le seul souci reste la prononciation : “champoï”.

Un club mexicain a organisé un Neymar Challenge à la mi-temps d'un match

 

 

Jean-Jacques Goldmann et fête de l’huître

Il y a toutefois des spécialités bien de chez nous dont raffole un peu moins Eder : le Maroilles et Jean-Jacques Goldman. Doit-on lui en tenir en rigueur ? A l’instar de Marco Verratti qui ne connaissait pas Michel Sardou, le Portugais bugue et reste sans voix quand on lui présente une photo du chanteur préféré des Français sous ses yeux. À sa décharge, le dernier spectacle des Enfoirés a été diffusé sur TF1, le 11 mars dernier. Et voir cela un mois après une arrivée en France pourrait compliquer une adaptation.

 

À la fin de cette interro, on apprend également que si l’ancien joueur de Swansea City, auteur d’un début de saison connaît Marianne, il n’a pas connaissance de ce que représente le 14 juillet dans l’histoire de France. “Le 14 juillet, la fête de l’huître”, lâche le footballeur de 28 ans, après un temps d’hésitation.

 

 

Et dire qu’on était à deux doigts de lui pardonner le 10 juillet 2016.