Le derby contre Rosario n’aura lieu que dimanche, mais environ 25.000 hinchas de Newell’s ont lancé le match avec le traditionnel “banderazo”. 

 

C’est le genre de trucs qui nous font (un peu) regretter d’être supporter en Ligue 1. Banderoles, fumigènes, chants, feux d’artifice : sur la pelouse du stade Marcelo Bielsa, les joueurs de Newell’s (dont l’inoxydable capitaine Maxi Rodriguez) ont eu droit au fameux “banderazo”, la communion pyrotechnique qui lance le clasico rosarino. Une tradition pour bien motiver les joueurs née en 1996, et toujours organisée le jeudi avant le derby.

 

 

C’était toutefois la première pour le coach Frank Kudelka, arrivé cet été, et certaines recrues des Leprosos, sixièmes de la Superliga avant d’aller chez le rival Rosario Central (8e) dimanche. A priori, ils ont bien compris le message : il faudra gagner, “cueste lo que cueste”.