Pendant que la crise perdure au Venezuela, l’Independiente Santa Fe (D1 colombienne) offre des places aux réfugiés pour son prochain match. 

 

25.000. C’est le nombre de Vénézuéliens traversant chaque jour la frontière colombienne pour fuir la violence et les pénuries (nourriture, médicaments) engendrées par la grave crise frappant le pays. Un exode qui fait réagir de nombreux Colombiens mais aussi des clubs de foot, à l’image de Santa Fe. Après La Equidad, c’est le 20e de la Liga Aguila qui annonce ouvrir les portes de son stade pour les réfugiés à l’occasion de son prochain match, en partenariat avec la mairie de Bogota.

 

 

Santa Fe a accueilli de nombreux joueurs vénézuéliens au long de son histoire, rappelle le club neuf fois champion, faisant notamment référence à Rafael Dudamel ou encore Luis Manuel Seijas, présent dans l’effectif actuel. Cette fois, nous voulons inviter et partager la plus grande passion de la ville avec tous ceux qui ont été obligés de quitter leur pays et vivent à Bogota”, ajoute l’institution colombienne sous le hashtag “supporters sans frontières”.

 

 

Lundi 25 février, à l’occasion de la réception de Junior (2e), des réfugiés pourront ainsi obtenir jusqu’à quatre places au stade El Campin. Les migrants venus du Venezuela, où Nicolas Maduro s’accroche au pouvoir tandis que son opposant Juan Guaido s’est autoproclamé président, devront toutefois d’abord obtenir un document dans un centre pour les migrants ouvert à Bogota.