Promu en D1 uruguayenne cette saison, le CA Torque s’appelle désormais Montevideo City Torque, pour bien nous rappeler qui est son propriétaire. 

 

Bienvenue dans la famille City Football Group. Pas le plus connu des (nombreux) cousins de Manchester City, le Club Atlético Torque assume désormais clairement la filiation. Trois ans après le rachat, le champion de D2 uruguayenne vient de se renommer Montevideo City Torque, en plus d’adopter un écusson similaire à celui du champion anglais. “Il fallait y aller par étapes, maintenant nous voulons que tout le monde s’identifie mieux à City”, a justifié Diego Gigliani, directeur général des clubs émergents du groupe, dans une interview à Ovacion.

 

 

De quoi s’attendre à une Pep Team à la sauce sud-américaine ? “Nous ne décidons pas pour nos clubs, chacun a beaucoup d’autonomie, répond Diego Gigliani. Mais d’un point de vue du jeu, nous souhaitons la même identité pour tous. C’est important d’un point de vue méthodologique, que les joueurs s’entraînent d’une manière et continuent à le faire s’ils vont d’un club à l’autre”, confirme le dirigeant du groupe qui compte huit clubs au total, de Gérone (Espagne) à Melbourne City (Australie) en passant par New York City FC (USA), Yokohama Marinos (Japon), Mumbai City (Inde) et Sichuan Jiuniu (Chine).

 

 

 

Ancien écusson de CA Torque

Ancien écusson de CA Torque

 

Pour ce faire, et pour concurrencer un jour Peñarol et Nacional, les dirigeants comptent évidemment injecter de l’argent dans le club, fondé en 2008 par un homme d’affaires : plusieurs millions d’euros seraient déjà prévus pour un centre d’entraînement flambant neuf ou encore une académie pour former des cracks. Sans oublier de développer le foot féminin, avec le lancement évoqué d’une équipe. Ce qui promet déjà un avenir sympa, même sans Pep.