C’est le premier joueur des Bleus épinglé. Selon les révélations de Mediapart dans l’affaire Football Leaks, les droits d’image de Paul Pogba seraient exploités à Jersey, un paradis fiscal, après avoir été hébergés au Luxembourg. 

 

Derrière les dabs et les coupes de cheveux stylées, des transactions douteuses ? Selon Mediapart, la marque “Paul Pogba” est exploitée sur l’île de Jersey, un paradis fiscal, par une coquille offshore. L’opération aurait été effectuée début 2016 par son agent, le fameux Mino Raiola, juste après un contrat de sponsoring avec Adidas et estimé entre 25 et 40 millions d’euros signé par le joueur de Manchester United. Jusqu’à présent, elle était hébergée au Luxembourg et détenue par Oualid Tanazefti, le tout premier agent et conseiller du joueur le plus cher de l’histoire (105 millions d’euros).

 

Mais Oualid Tanazefti va s’embrouiller avec Paul Pogba et Mino Raiola fin 2014, juste après avoir récupéré les droits d’image du joueur via une société au Luxembourg et un contrat lui accordant beaucoup d’avantages. Alors qu’un litige dure depuis des mois et aurait même bloqué le transfert du joueur au mercato d’été 2015, le fameux ancien “pizzaiolo” qui gère également les intérêts de Zlatan Ibrahimovic va finalement orchestrer le rachat des droits pour 10 millions d’euros avant de transférer la marque via une société, Aftermath Limited, créée un mois avant le contrat de Paul Pogba avec Adidas, sur l’île de Jersey. Elle est détenue par un prête-nom, le cabinet local Whitmill Nominees.

Combien Cristiano Ronaldo gagne à chaque post sur Instagram ?

 

 

Le jackpot de Mino Raiola

Mediapart révèle également les énormes commissions touchées par Mino Raiola lors du passage de Paul Pogba à la Juventus. En quatre ans, il aurait perçu 10 millions soit presque autant que le salaire du joueur. Et ce, alors que l’agent du joueur sur le premier contrat signé avec le club italien est l’avocate brésilienne Rafaela Pimenta, sa conseillère. Officiellement, cette dernière serait même… agente de la Juve.

 

Si Paul Pogba n’a pas souhaité répondre à Mediapart, Mino Raiola, qui a déjà gagné 27 millions sur le transfert de son joueur en Angleterre, a refusé de répondre à des « questions tendancieuses et malveillantes ». Il aurait déclaré que son joueur et lui estimaient qu’ils entretenaient une « campagne de dénigrement », et qu’ils refusaient donc de « contribuer à manipuler l’opinion publique en accréditant ce que vous habillez d’une prétendue rigueur d’investigation ».