Jeudi, le député insoumis François Ruffin a écopé d’une sanction pour être venu dans l’hémicycle de l’Assemblée nationale avec un maillot de foot.

 

Cristiano Ronaldo en costume et François Ruffin en maillot de foot ? Si les deux n’ont pas échangé de profession, c’est bien ce qu’il s’est passé hier. Quelques heures avant la remise du Ballon d’or, le député insoumis a décidé d’apparaître avec un maillot de foot sur le dos à l’Assemblée nationale. Le but ? Défendre une proposition de loi visant à taxer les gros transferts.

 

 

Vous ne nous avez parlé que de compétitivité, de parts de marché, d’attractivité, avec un raisonnement de trader, a-t-il lancé à la ministre des Sports, Laura Flessel. Je voudrais vous en parler autrement, humainement”. C’est là que François Ruffin a enlevé son pull pour dévoiler un maillot, celui de l’Olympique eaucourtois. “Le ministère des Sports donne 4 fois plus au sport pro qu’au sport amateur. Mais il n’y a pas d’école pour le don de soi, pour la générosité. Les Franck, Florence, Mohammed, Antoine qui s’occupent de nos clubs sans compter n’existent pas à l’infini. Alors aidons-les”, a-t-il demandé.

 

 

Un coup de gueule qui va toutefois coûter cher au député insoumis. Rappelé à l’ordre par le président de séance Hugues Renson (LREM) qui lui rappelle “le respect dû à nos débats qui implique une tenue correcte qui soit digne des lieux”, François Ruffin revient toutefois dans l’après-midi avec son maillot sur le dos. Le président de l’Assemblée, François de Rugy, parle alors d’une “provocation” et prononce un rappel à l’ordre avec “inscription au procès verbal” qui retire un quart de l’indemnité pendant un mois, soit 1.378 euros. Une mauvaise nouvelle pour le député qui avait promis de se payer un Smic (1.480 euros brut).

 

 

Ce n’est pas du tout une tenue indigne et irrespectueuse, au contraire, s’est défendu François Ruffin. Je suis très fier de faire entrer le visage de Franck et des Franck, de tous les gens qui tiennent les petits clubs, à la tribune de l’Assemblée nationale”, a lâché l’élu de la Somme avant de remettre son pull “en guise d’apaisement”. À noter que le patron du groupe UDI, Jean-Christophe Lagarde, a saisi l’occasion pour souhaiter que les député soient de nouveau obligés de porter une cravate dans l’hémicycle. Une obligation justement levée après les protestations des… Insoumis cet été. « Non pas par excès de tradition, mais pourquoi ne pas venir en short la prochaine fois ! », a-t-il lâché. Et pourquoi pas faire venir quelqu’un qui s’y connaît en gros transferts comme CR7 ?