Recruté en début d’année, Wu Lei permet à l’Espanyol d’attirer plus de téléspectateurs que toutes les autres équipes de Liga en Chine. Et ça, Javier Tebas adore. 

 

Même les mastodontes espagnols doivent s’incliner. Auteur d’une demi-saison prometteuse (16 matchs, 3 buts, 1 qualif’ européenne), Wu Lei a fait exploser les compteurs dans son pays natal, désormais scotché aux matchs du 7e de la Liga 2018/19, dont le propriétaire est également chinois. “Leurs rencontres attirent plus de monde que ceux du Real ou du Barça, s’est félicité Javier Tebas, venu récemment visiter l’Empire du Milieu. C’est bénéfique pour les clubs car ils regardent d’autres équipes en même temps et j’espère qu’ils en regarderont d’autres grâce à ça”.

 

 

Déjà fier des 25 millions de personnes branchées sur le premier but de Wu Lei en mars, le patron du championnat voit forcément l’attaquant comme une aubaine, lui qui mise à fond sur la Chine pour le développement international de sa compétition. “Dans 5/6 ans, le marché va beaucoup grossir”, prédit Tebas, qui a ouvert deux bureaux en Chine et adapté les horaires des rencontres en fonction de sa cible. Et ça fonctionne déjà : selon l’agence EFE, le pays de Wu Lei est le troisième marché qui rapporte le plus à la Liga, derrière les Etats-Unis où Tebas rêve toujours de délocaliser des matchs. Inutile de dire que plus Wu Lei jouera cette saison, plus cela arrangera ses affaires.