La belle histoire avec le PSV touche à sa fin : à 34 ans (déjà), Ibrahim Afellay vient d’annoncer qu’il quittait définitivement son club de coeur.  

 

Son retour aura donc été express. Revenu au PSV l’été dernier pour tenter de se relancer après une collection de blessures, Ibrahim Afellay ne sera pas conservé. Après 164 petites minutes disputées, le milieu est laissé libre par son club formateur et le nouveau coach Roger Schmidt qui ne compte pas sur lui. Triste mais prévisible pour l’ex du Barça, qui a fait ses adieux en vidéo faute de pouvoir les faire sur le terrain.

 

 

J’avais 10 ans quand je me suis entraîné pour la première fois ici, se souvient notamment Ibi. Je prenais le train d’Utrecht à Eindhoven pour venir. Beaucoup d’idoles ont joué en équipe première, Ronaldo, Van Nistelrooy, Nilis, Cocu… Quand je les ai vus jouer, c’est devenu mon grand objectif d’être en équipe première”. Considéré comme le futur crack du foot batave au PSV (2003-2007), il remplit d’abord son armoire à trophées – quatre titres de champion d’affilé – avant de filer soulever la C1 avec le Barça, son “rêve ultime”. Mais aussi d’enchaîner les blessures et les expériences en demi-teinte (Schalke, Olympiakos, Stoke City), sans retrouver son niveau du Philips Stadion.

 

 

J’ai joué en Premier League, en Bundesliga, jusqu’à mon retour à la maison au PSV, poursuit-il. J’aurais voulu partir sur un trophée, mais cela ne s’est pas fait. Fini les dribbles dans ce stade incroyable : mon temps au PSV est terminé. Je n’oublierai jamais. Le PSV est dans mon coeur, et vous aussi”, conclut l’ex-international (54 capes, 7 buts). Avant de raccrocher définitivement ? Pas sûr : “Je crois que ma carrière n’est pas terminée et que je peux encore être utile à un bon niveau”, répond-il. On va encore y croire un peu.