Jeudi, Iniesta et Torres ont évoqué leurs objectifs pour la J. League 2019, qui débute le 22 février.

 

18 joueurs mais surtout 2 champions du monde. Absents de cette cérémonie l’an dernier, pour cause d’arrivée à la mi-saison, Iniesta et Torres étaient les attractions de la présentation de la J. League 2019, organisée jeudi à Tokyo. Une saison pour laquelle le duo-star espère faire beaucoup mieux qu’en 2018, entre une 10e place pour le Vissel Kobe et un maintien in extremis pour le Sagan Tosu.

 

panoramic_eague14022019_001

Hakim Ziyech va aider financièrement Leon de Kogel, joueur hollandais victime d'un grave accident

 

Les sensations sont bonnes, surtout que je commence la saison dès le départ, a assuré Don Andrés. L’année dernière, j’ai pu m’adapter et cela me servira pour mieux connaître le championnat et mes adversaires. J’ai envie qu’on fasse une grande saison”. Pour faire mieux que l’an dernier, le numéro 8 du Vissel Kobe pourra compter sur l’arrivée de David Villa, en plus du coach espagnol Juanma Lillo, ex-adjoint de Sampaoli et modèle de Guardiola nommé en septembre dernier, alors que le club traversait une vraie crise.

 

 

La fameuse “culture de la gagne”

Pendant l’évènement, son ami Torres, avec lequel il parle “tous les jours de la famille, du foot et la vie au Japon”, a lui aussi espéré “faire une grande saison”. Mais El Niño attend également autre chose en 2019 : inculquer l’obsession de la victoire à ses coéquipiers. “Il faut gagner dès le début, il est important que tous les joueurs comprennent que gagner n’est pas la même chose que de faire match nul ou perdre, a rappelé l’attaquant du Sagan Tosu. Chaque fois que nous perdons un point, cela doit faire mal”. Une différence de philosophie déjà évoquée par Iniesta dans une récente interview : “Ils disent “ok, on a perdu, et alors ?” (…) C’est ce qui a été le plus dur à assimiler“, disait-il dans le magazine Esquire.

 

panoramic_eague14022019_002

 

panoramic_eague14022019_009

 

Potes depuis l’adolescence, les deux Espagnols n’ont toutefois pas oublié de se taquiner. Torres (34 ans) a par exemple invité Iniesta (34 ans) et David Villa (37 ans) à aller visiter Disneyland Tokyo le 2 mars prochain, jour de Vissel Kobe-Sagan Tosu. “J’adore jouer au foot et jouer contre lui, a répondu l’ex-capitaine du Barça. Donc j’irai une autre semaine à Disneyland”, a-t-il ironisé. Ce serait dommage de nous priver de ses retrouvailles.