Pas encore de Qatar, ni de scoops signés Gilles Favard : début juillet 2009, voilà ce qu’il se passait (entre autres) sur le mercato. 

 

United signe Valencia, Owen et Obertan

L'UEFA annonce le plafonnement du prix des places à l'extérieur en Coupe d'Europe

 

Compliqué, ce mercato post-CR7. Ronaldo parti au Real (en plus de Tevez à City), Sir Alex commence par reconstruire ses Red Devils avec Valencia, alors révélé à Wigan, mais surtout deux hommes vite oubliés à Old Trafford : Owen et Obertan, futur crack français que personne n’a jamais vu percer. Résultat ? Saison quasi blanche, avec une petite Coupe de la Ligue remportée, et une image de Fergie avec ses trois recrues qui fait toujours mal aux supporters mancuniens.

 

 

 

Jallet au PSG

Christophe Jallet en juillet 2009 - Panoramic

Jallet en juillet 2009

 

C’était le PSG pré-Qatar qui ne pouvait pas s’offrir le latéral droit de la Seleçao. Après Erding et Coupet, Kombouaré accueille un futur Divin Chauve en provenance de Lorient pour 2,5 millions d’euros. “Signer au PSG représente beaucoup de choses pour moi. J’espère briller sous le maillot parisien et remporter des titres”, se réjouit celui qui arrive d’abord en tant que doublure de Ceara. Non seulement il soulèvera des trophées mais il deviendra l’anti-héros préféré du Parc pendant cinq saisons.

 

 

 

Lisandro Lopez à l’OL

Lisandro Lopez et Sonny Anderson le 15 juillet à Lyon - Panoramic

Lisandro Lopez et Sonny Anderson le 15 juillet à Lyon

 

Perte du titre, de Benzema et de Juninho : Aulas se retrousse les manches et ouvre un nouveau cycle avec Licha en tête de gondole. Acheté pour 24 millions d’euros à Porto – plus gros transfert lyonnais à l’époque – l’Argentin débarque à Gerland quelques jours avant Michel Bastos en provenance des amis lillois. Pas suffisant pour JMA, qui cherche à tout prix un autre attaquant à filer à Claude Puel.

 

 

 

Baston OL/TFC pour Gignac

André-Pierre Gignac avec Toulouse en octobre 2009 - Panoramic

Gignac avec Toulouse en octobre 2009

 

Il est préférable pour l’OL de jeter son dévolu sur des joueurs appartenant à des clubs disposés à envisager leur transfert”. Alors qu’APG vient de demander publiquement à son président d’écouter l’offre lyonnaise, Olivier Sadran sort un fameux communiqué pour envoyer bouler JMA. Le club signera finalement Gomis quelques semaines plus tard, et Gignac restera une saison de plus chez les Violets avant de filer à l’OM.

 

 

 

Lucho Gonzalez à l’OM

Souleymane Diawara / Lucho Gonzalez / Charley Fomen / Edouard Cisse le 7 juillet 2009 avec lOM - Panoramic

Souleymane Diawara, Lucho Gonzalez, Charley Fomen, Edouard Cissé le 7 juillet 2009 avec l’OM

 

La “priorité des priorités” de la Dech’. Après Diawara, E.Cissé et la légende Elinton Andrade, l’OM de Deschamps s’offre aussi un grand nom de Porto avec Lucho Gonzalez (21 millions d’euros). Bonne pioche : le titre de champion revient au Vélodrome et El Comandante termine meilleur passeur de Ligue 1 (11).

 

 

 

Chamakh veut goûter à l’Angleterre

Jean Louis Triaud et Marouane Chamakh fêtent le titre en mai 2009 - Panoramic

Triaud et Chamakh fêtent le titre en mai 2009

 

Les cheveux et les buts étaient encore là. A la sortie d’une saison énorme avec des Girondins champions de France, Chamakh, en fin de contrat l’été suivant, ne cache pas son envie de traverser la Manche. Sauf que le président Triaud assure ne pas avoir d’offres sur la table. Sunderland, en quête d’un successeur à Djibril Cissé ? “On n’a jamais reçu d’offre et en plus, qu’est-ce qu’il ira branler à Sunderland ? Quand vous avez écouté ce qu’il a dit, il a parlé d’un gros club anglais”, envoie le patron bordelais, qui recevra plus tard une offre jugée insuffisante d’Arsenal (6M€), où l’attaquant filera gratuitement l’année suivante.

 

 

 

Le Real à fond sur Ribéry

Ribéry avec le Bayern en novembre 2008 - Panoramic

Ribéry avec le Bayern en novembre 2008 – Panoramic

 

Chez nous, les portes sont solides et très résistantes, il n’est pas à vendre”. En réponse à l’agent de Ribéry, qui avoue publiquement que Ch’ti Franck se voit bien à Madrid, Rummenigge tape du poing sur la table dans L’Equipe pour repousser un Real archi insistant. En plein renouveau galactique (Kaka, Benzema, CR7…), Florentino Perez abdique quand même quelques semaines plus tard, en se disant que ce n’est que partie remise. “Une autre opportunité viendra sûrement, il lui reste deux ans de contrat et la vie est longue”, pense son conseiller Valdano. Raté : Madrid n’aura jamais Kaiser Franck.

 

 

 

City attend Eto’o

Samuel Etoo après la victoire en C1 avec le Barça en mai 2009 - Panoramic

Samuel Eto’o après la victoire en C1 avec le Barça en mai 2009 – Panoramic

 

Déjà passé tout proche de la sortie un an plus tôt, Eto’o sent clairement la fin venir au Barça. Et en plus de l’Inter, c’est l’ultra ambitieux Man City qui se déclare le plus chaud : “Nous avons ciblé plusieurs joueurs qui pourraient nous aider et Eto’o est l’un d’eux, avoue le manager Mark Hugues. Mais si nous sentons que nous arrivons dans une impasse alors nous nous retirerons”, menace-t-il pour mettre la pression sur le Camerounais et le Barça. Les Cityzens feront finalement Tevez + Adebayor, et Eto’o ira soulever la C1 avec d’autres recrues estivales comme Motta ou Lucio. Plus sympa.

 

 

 

Rami va au clash pour l’OM

Adil Rami avec le LOSC en janvier 2009 - Panoramic

Adil Rami avec le LOSC en janvier 2009 – Panoramic

 

Qui aurait cru que 10 ans plus tard, il se ferrait virer de l’OM à cause de Fort Boyard sur fond de polémique avec Pamela Anderson ? Personne et pas même le Rami du LOSC qui, a 23 ans, part au clash pour devenir Marseillais. Tout juste révélé en L1, il s’indigne : “Ils ne peuvent pas barrer un joueur qu’ils avaient acheté seulement 10 000 euros. C’est malhonnête de la part du président. 11 millions, ce n’est quand même pas rien, surtout pour un défenseur, juge Rami, déjà bon client des médias. Ce soir, j’explose. Désormais, tout le monde sait que je veux aller à Marseille et que je suis en discussions avec M. Deschamps. Je ne veux plus jouer pour Lille”, s’enflamme-t-il, prêt à passer six mois en CFA. Match finalement perdu contre sa direction, puisqu’il reste un an et demi de plus dans le Nord mais signe bien à l’OM en 2017. Pour la fin qu’on connaît.