Les tweets de Jean-Michel Aulas ne plaisent pas à tout le monde, y compris aux États-Unis. Et cela pourrait même le mener devant la justice.

 

Sur Twitter, Jean-Michel Aulas, plus de 383K abonnés, est devenu incontournable. @JM_Aulas se sert du réseau social pour s’émerveiller devant une énième photo de son Parc OL, liker une prestation de son idole Rihanna, répondre aux trolls, mais aussi… courtiser de potentielles nouvelles recrues. Et c’est là que ça coince.

 

Les techniques d’approche de Jean-Michel Aulas ont visiblement fortement déplu à la Fédération américaine de football, qui a décidé de porter plainte contre le président de l’OL, selon Sports Illustrated. En ligne de mire, un tweet du boss lyonnais adressé à la joueuse américaine Allie Long. « Salut Allie. Tout le monde espère que tu vas rejoindre l’OL l’année prochaine », écrit-il le 7 mai dernier.

 

Laurent Blanc revient sur son fameux échange avec Cristiano Ronaldo en 2015

 

« Agissez avec classe »

En tentant de charmer la joueuse des Portland Thorns, Jean-Michel Aulas ne s’attendait certainement pas à recevoir une réponse de… leur président. « Au lieu de courtiser les joueuses avec un contrat, agissez avec classe et confrontez votre équipe aux Thorns », lui a répondu Merritt Paulson. Lui, n’a pas obtenu le moindre tweet du président lyonnais.

 

 

 

Alex Morgan et les « blaireaux »

Ce n’est pas la première fois que Jean-Michel Aulas utilise son réseau social préféré pour attirer une joueuse à l’OL, où l’équipe féminine vient d’être sacrée championne de France pour la onzième fois consécutive. La technique avait d’ailleurs payé avec l’Américaine Alex Morgan. Après des mois de “drague” sur Twitter, il n’avait pas caché sa joie de la voir signer un contrat avec son club, et n’avait pas manqué de répondre à ses fidèles haters. « Voir la réaction des ‘blaireaux’ qui pensent que je passe par Twitter pour entrer en contact avec elle m’éclate, c’est le but », disait-il récemment. Le président des Portland Thorns y trouvera peut-être une réponse.