Bien sûr, c’est interdit par la loi depuis 1998. Mais au PSG, les actes de bizutage restent heureusement bon enfant. Zlatan Ibrahimovic, Hatem Ben Arga ou plus récemment Julian Draxler ont tous dû jouer le jeu et interpréter une chanson devant leurs nouveaux coéquipiers. Retour sur les meilleurs et les pires bizutages du club parisien.

 

 

Julian Draxler reprend… Aïcha

Nouvelle recrue du PSG, Julian Draxler a commencé fort son aventure parisienne. Il y a bien sûr son premier but lors des ses débuts face à Bastia – et son « un tir de l’aigle » façon Olive et Tom -mais aussi son bizutage. Fan de Booba, l’ex-joueur de Wolfsburg a préféré faire dans l’humour en reprenant la version anglaise d’Aïcha, le tube de Khaled que l’on ne présente plus. L’occasion de découvrir qu’il existe une version UK des « fruits bien mûrs au goût de miel » mais surtout de faire rire ses nouveaux partenaires parisiens qui n’ont pas manqué d’immortaliser ça en vidéo. Jusqu’à présent, le seul à avoir choisi ce morceau est Yannick Ferreira Carrasco pour ses débuts avec la Belgique en 2014. Connaîtra-t-il la même réussite à Paris ?

 

Pascal Praud nous aura au moins permis de se marrer sur Twitter

Welcome @draxlerofficial #icicestparis

Une vidéo publiée par Blaise Matuidi Officiel (@blaisematuidiofficiel) le

 

 

Matuidi et Aurier aiment la Sexion d’Assaut

Il y a également ceux qui se la jouent plutôt mainstream, comme Yohan Cabaye, qui avait repris Papaoutai de Stromae, ou Benjamin Stambouli qui avait rappé sur du Rohff. Visiblement, ça n’a pas porté chance. Le groupe Sexion d’Assaut a également connu son heure de gloire chez les bizuts. Blaise Matuidi et Serge Aurier ont repris de leur côté Désolé, l’un des premiers tubes du groupe de rappeurs parisiens. « C’est comme ça dans tous les clubs, tu chantes, tu peux choisir ce que tu veux chanter, avait expliqué le latéral droit du PSG en conférence de presse. J’ai chanté du Sexion d’Assaut, le choix le plus simple ».

 

 

Son pote Layvin Kurzawa, lui, avait opté pour un titre de Corneille : Parce qu’on vient de loin. Et contrairement aux autres, l’ex-Monégasque peut visiblement songer à une reconversion dans la chanson. Big up « Le Vingt ».

 

 

 

Di Maria, Verratti, Trapp… Ils ont opté pour la VO

Lui aussi revient de loin. Et s’il a connu quelques moments difficiles sur le terrain, Edinson Cavani s’en était en revanche parfaitement sorti lors de son bizutage. Plus à l’aise qu’avec un ballon aux pieds, l’Uruguayen a cartonné en reprenant La Bamba, immortalisée par Richie Valens en 1959. Comme lui, Angel Di Maria, Jesé, et plus récemment Giovani Lo Celso ont choisi des chansons en VO. Petits joueurs ?

 

 

El Angelito a enflammé le dîner lorsqu’il a repris la chanson des supporters de son club de coeur, Rosario Central.

 

 

Jesé en a quant à lui profité pour se faire un petit coup d’auto-promo. Chanteur de reggaeton sous le nom de Jey M. quand il ne squatte pas le banc de touche, l’ancien du Real Madrid a choisi de chanter l’un de ses morceaux. « La première chose que j’ai faite quand je suis arrivé à Paris, c’est de chanter un de mes morceaux devant mes partenaires pour mon bizutage », avait-il révélé avec fierté dans Le Parisien, assurant au passage qu’il n’était pas « bling-bling » et qu’il ne fallait pas « émettre de jugements définitifs » avant de connaître les personnes. Jesé, le Gandhi du reggaeton.

 

 

À l’occasion du stage du PSG en Tunisie début 2017, Giovani Lo Celso a lui aussi eu droit à son bizutage et dû monter sur sa chaise au cours d’un repas. Plutôt timide, celui qui a choisi une chanson en espagnol a pu compter sur le soutien de ses camarades parisiens, à coups de « Vamos, vamos ». Une séquence postée sur les réseaux sociaux par un grand nombre des joueurs et qu’a sûrement adoré la compagne du numéro 18 argentin, Magui Alcacer, qui faisait pendant ce temps-là du tourisme à Paris.

 

 

Les hispanophones n’ont pas le monopole de la version originale au PSG, puisque Marco Verratti a tenté, étouffé par deux ou trois fous rires, de chanter une chanson en italien et Kevin Trapp a timidement interprété une titre d’une de ses chanteuses allemandes préférées, Helene Fischer.

 

 

Welcome to paris 😂😂 @kevintrapp_official

Une vidéo publiée par Marco Verratti (@marco_verratti92) le

 

Moment nostalgie pour les fans du PSG : lors de son arrivée, Zlatan Ibrahimovic avait aussi choisi de pousser la chansonnette dans sa langue natale. Et quelle chanson. L’attaquant de Manchester United a beau se prendre pour le roi de Suède, il a visiblement gardé une âme d’enfant puisque le Z a repris… Une Souris Verte. Si Guillaume Hoarau en aurait conservé de bons souvenirs, ce n’est visiblement pas le cas de Christophe Jallet, qui avait confié que la prestation vocale de la légende « ne ressemblait pas à grand-chose ». On te croit, Christophe.

 

 

Ben Arfa, Marquinhos, Motta… Les plus gros fails

Certains bizuts ne sont près d’oublier le jour où ils sont grimpés sur la table devant leurs nouveaux coéquipiers. C’est le cas de Thiago Motta qui a été victime, comme un candidat de la Nouvelle Star, du fameux trou de mémoire. « J’ai commencé à chanter et j’ai oublié les paroles, avait raconté le milieu, plus à l’aise pour distribuer des taquets. Honnêtement, ça reste un bon moment mais aussi une grande honte. Je n’avais jamais eu aussi honte de ma vie », avait avoué l’Italo-brésilien. Pour éviter d’oublier les paroles, « il cantante » Marquinhos, rebaptisé ainsi par son pote Verratti, a quant à lui tapé dans ses mains pour couvrir sa voix. Malinhô.

 

Il cantante @marquinhos28

Une vidéo publiée par Marco Verratti (@marco_verratti92) le

 

La palme du fail revient quand même à Hatem Ben Arfa qui aurait bien pu provoquer un bain de sang pour son intégration. En cause ? Une reprise de Billie Jean de Michael Jackson, dans l’intimité d’un hôtel en Autriche, où PSG effectuait sa pré-saison. Monté sur une table, l’ex-Niçois a rapidement oublié qu’il n’avait pas un micro mais une bouteille en verre dans les mains qu’il a brisée, « égratignant quatre coéquipiers au passage ». Gêné, il s’est excusé auprès de ses partenaires, expliquant qu’il avait « oublié que l’objet était en verre ». Comme quoi, le bizutage peut en dire long sur la suite d’une carrière. Un bon signe pour Julian Draxler ?

 

E.R.