Le foot déteste lui aussi Donald Trump. Après ses nouvelles déclarations concernant la construction d’un mur entre les États-Unis et le Mexique, Rafael Marquez ou encore le Borussia Dortmund ont tenu à lui répondre. 

 

Cinq jours après sa prise de fonction à la Maison Blanche, Donald Trump piétine déjà tout ce qui passe. Après l’Obamacare ou encore le droit à l’avortement, le nouveau président des États-Unis est revenu sur l’une de ses promesses de campagne : la construction d’un mur à la frontière avec le Mexique. “Il y aura un paiement, même si le montage sera peut-être compliqué”, a-t-il confirmé à propos du pays voisin qui devra selon lui financer le mur. Si le président mexicain Enrique Pena Nieto a aussitôt condamné ce décret, il n’est pas le seul à avoir protesté.

 

 

Exilé aux Etats-Unis pour raisons politiques, Hakan Sükür raconte sa nouvelle vie au New York Times

 « Le seul mur auquel on croit »

Depuis l’Allemagne, le Borussia Dortmund a affiché son soutien aux Mexicains. Actuellement quatrième de la Bundesliga, le club d’Ousmane Dembélé a répondu à Donald Trump tout en sobriété. « Le seul mur auquel on croit », a-t-il écrit sur Twitter en légende d’une photo du mur de ses supporters en tribunes. Le tout sans mention de @realDonaldTrump histoire d’éviter un tweet-clash. Classe.

 

 

 

Le coup franc de Marquez

La team de Pierre-Emerick Aubameyang n’est pas la seule à avoir réagi aux nouvelles déclarations du 45e président américain. Le footballeur mexicain Rafael Marquez y est également allé de son tweet. « Aucun mur n’est capable de nous arrêter si on croit en nous », a écrit l’ancien défenseur de l’AS Monaco. Un message auquel il a même ajouté une vidéo d’un coup-franc marqué à l’époque où il évoluait au Barça, avec une belle frappe contournant le mur adverse. Vous l’avez, Donald ?

 

 

 

E.R.