Mardi, l’École Polytechnique de Turin a donné son feu vert pour la construction du nouveau stade de l’AS Roma attendue depuis plusieurs années. 

 

2019 pourrait marquer la fin d’un long feuilleton pour Giallorossi. Lancé il y a 7 ans, le projet de nouveau stade vient d’être validé par l’École Polytechnique de Turin, qui a livré un rapport “positif” au sujet du trafic autour de l’enceinte. Un rapport indispensable pour la construction du stade et valider les travaux de rénovation ou de construction des gares, ainsi que la prolongation du métro aux abords de la nouvelle maison des Giallorossi. Celle-ci sera située dans une zone un peu délaissée et appelée Tor di Valle, au sud-ouest de la capitale.

 

 

Retardé par une affaire de corruption touchant le constructeur Luca Parnasi, propriétaire du terrain du futur stade, et ayant entraîné plusieurs arrestations, le projet peut officiellement compter sur le soutien de la ville, qui voit l’opportunité de faire revivre l’un de ses quartiers. “Il y a une vraie volonté politique de faire avancer ce stade le plus vite possible”, avait déclaré la maire Virgina Raggi dans la Gazzetta dello Sport mi-janvier. Mardi, elle a confirmé que les travaux pourraient débuter cette année, après la publication du rapport de l’École Polytechnique de Turin.

 

 

 

Seul moyen d’être une marque globale” selon le président américain James Palotta, le Stadio della Roma aura une capacité de 52.000 places, soit 20.000 de moins que l’Olimpico. Inspiré par le Colisée, il devrait coûter entre 1 ou 1,5 milliard d’euros via des fonds privés et être inauguré en 2021. A moins d’un nouveau retournement de situation, évidemment.

 

Le Stadio della Roma

 

Le Stadio della Roma

 

Le Stadio della Roma

 

Le Stadio della Roma

 

Le Stadio della Roma