Après l’annonce de l’arrivée de Paulinho contre 40 millions d’euros, des supporters du Barça ont lancé une campagne sur les réseaux sociaux contre le président du club. Une campagne “manipulée” selon le porte-parole des blaugranas.  

 

Paulinho déterré contre un chèque de 40 millions d’euros ? C’est bien la transaction incroyable vient de faire le Barça en annonçant lundi l’arrivée du Brésilien de 29 ans, totalement disparu des radars depuis son départ par la petite porte de Tottenham pour Guangzhou (Chine). Le faux-pas de trop pour les supporters catalans, qui après avoir déjà du digérer le départ de Neymar au PSG et l’échec Verratti, ont pris les choses en main sur les réseaux sociaux. Lundi soir, lendemain d’une défaite pas vraiment rassurante contre l’ennemi Real (1-3), le hashtag “Bartomeu démissionne maintenant” s’est ainsi retrouvé en TT monde sur Twitter. Et cela n’a pas du tout plu au board catalan.

 

 

Toujours plus enfoncés dans la crise, les dirigeants du Barça ont choisi de répliquer publiquement, quitte à donner un peu plus d’écho à la gronde en l’extirpant de Twitter. “C’est une campagne de discrédit artificielle et manipulée, a dénoncé Josep Vives, porte-parole du club, sur Barça TV. L’immense majorité des mentions ne venaient pas qu’en dehors de la Catalogne et de l’Espagne, mais surtout d’en dehors de l’Europe”, a-t-il poursuivi, se basant très sérieusement sur l’heure de ses mentions, effectuées “après minuit” et citant des pays comme la France, les États-Unis, l’Arabie Saoudite ou le Nigéria. Le temps de Joan Laporta est définitivement révolu.

 

 

 

 

Des menaces sur la famille de Bartomeu

Le porte-parole en a également profité pour évoquer des “pressions et des menaces” sur le président Josep Maria Bartomeu, ainsi qu’à son “entourage familial”. Résultat, pendant que les articles de certains médias catalans tentent d’éteindre l’incendie et d’expliquer “pourquoi Paulinho signe au Barça”, la direction du club en appelle à la “responsabilité de chacun” et se dit “sensible à l’opinion des supporters”. “Nous avons plusieurs défis devant nous qui ne pourront s’accomplir que dans la sérénité et la confiance”, demande le porte-parole du Barça, qui affronte ce soir le Real Madrid pour le match retour de la Supercoupe d’Espagne.

 

 

Preuve que l’heure est grave, le Barça, toujours en quête des signatures de Coutinho et Dembélé, a également publié un communiqué pour démentir les informations circulant sur les réseaux sociaux voulant que le transfert de Paulinho soit motivé par les intérêts personnels de Josep Maria Bartomeu, dont la société ADELTE ferait des affaires avec Evergrande Group, propriétaire de Guangzhou. Certainement pas suffisant pour le président catalan qui verra une motion de censure lancée en septembre… et le hashtag à nouveau partagé en masse dès ce soir, même en cas de victoire du Barça contre le Real. L’été risque d’être encore agité.