Juste après l’Ecosse, c’est la Fédé anglaise qui veut réduire le jeu de tête chez les jeunes, soupçonné de provoquer des maladies dégénératives. 

 

Fini, l’histoire d’amour entre le foot britannique et le jeu aérien ? Cela pourrait bien être le cas chez les plus jeunes anglais, où il va y avoir du changement. Selon la BBC, les dirigeants de la FA s’apprêtent à lancer une nouvelle mesure pour que les joueurs ne fassent plus de têtes à l’entraînement jusqu’en U18. Pas d’interdiction formelle, mais une consigne donnée aux éducateurs pour qu’elles ne se fassent qu’en match.

 

 

Le but : réduire le risque de maladies dégénératives. Car en octobre, une étude de l’université de Glasgow a démontré que les footballeurs ont 3,5 fois plus de chances de mourir des suites d’une pathologie neurologique que le reste de la population. Ce qui a poussé l’Ecosse à interdire les têtes pour les moins de 12 ans, imitant ainsi une initiative des Etats-Unis prise en 2015, même si lien entre les maladies et le jeu de tête n’est pas prouvé. “Nous espérons que les prochaines études nous diront clairement quel est le risque, mais c’est bien de savoir que la FA prépare cette mesure, a réagi Peter McCabe, directeur de l’association Headway. Cela n’empêchera pas les jeunes de prendre du plaisir à jouer”. Les jeunes pourront en effet travailler les têtes avec des ballons moins gonflés, comme certains le proposent outre-Manche.

 

 

Au tour de la France ?

Ce genre de mesures pourraient toutefois arriver dans d’autres pays. Y compris en France, puisque la FFF va bientôt dévoiler sa propre étude sur le sujet et que l’UEFA préparerait des recommandations pour limiter les têtes chez les moins de 11 ans d’ici cet été. Toujours au nom du principe de précaution.